Caroline Bemba, Serge Bahati et Christophe Mboso rejetés au Bureau de l'AN

Le présidium de l’Union Sacrée de la nation a finalisé le ticket du bureau définitif de l’Assemblée nationale pour le compte de la majorité, le vendredi 10 mai 2024. Au cours de cette réunion tenue au bureau privé du céans, au quartier GB, les membres présents ont partagé le gâteau entre eux.

Les membres du presidium de l’Union sacré pour la nation

Ainsi, le procès-verbal de partage des postes de ce bureau se compose de la manière suivante : Vital Kamerhe (président), Jean Claude Tshilumbayi (1e vice-président), Christophe Mboso (2e vice-président), Jacques Djoli (rapporteur), Opposition (rapporteur adjoint), Serge Bahati (questeur) et Caroline Bemba (rapporteur-adjoint).

Procès-verbal du présidium de l’Union Sacré pour la nation

Alors que la période de dépôt des candidatures pour l’élection des membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale s’étend du vendredi 10 au samedi 13 mai 2024, plusieurs députés de l’Union sacrée, rassemblés au sein du collectif des députés républicains, contestent certaines candidatures présentées par le présidium de cette plateforme politique.

Dans une déclaration publique faite le weekend, ils se sont prononcés contre les candidatures de Christophe Mboso, Serge Bahati et Caroline Bemba, les considérant entachées de clientélisme et de népotisme.

Le collectif est unanime sur les candidatures de quatre personnalités qui sont sans conteste. Ce sont Vital Kamerhe de l’UNC pour la présidence, Jean-Claude Tshilumbayi de l’UDPS pour la première vice-présidence, Jacques Djoli de l’AB en tant que rapporteur et Dominique Munongo de Ensemble pour la République pour le poste de rapporteur adjoint.

Candidatures à écarter et remplacer

Selon le Collectif des députés républicains de l’Union sacrée, il y a trois candidatures à écarter et remplacer par d’autres noms qui viendront d’autres espaces géostratégiques, tel que la Grande Orientale. Les trois noms alignés par le présidium vont perturber l’élection à cause de leur appartenance.

Lire :  RDC : le Sénat adopte le projet de loi autorisant la prorogation de l'état de siège

Le Collectif présente des arguments solides pour lesquels ces individus ne devraient pas occuper ces postes : Christophe Mboso occupe la présidence du bureau provisoire de l’Assemblée nationale et a également présidé cette institution durant la législature précédente.

Serge Bahati est le fils de Modeste Bahati, ancien président du Sénat. Caroline Bemba est la sœur de Jean-Pierre Bemba, vice-Premier ministre et ministre de la Défense dans le gouvernement précédent.

Dans une réaction, le député national membre de ladite plateforme, Steve Mbikayi, précise :

« Pour le collectif des députés républicains, ces choix du présidium de l’Union sacrée violent les articles 26 et 27 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale et ne respecte pas l’équilibre géostratégique. »

La fuite dans la presse du procès-verbal de la réunion du présidium de l’Union sacrée de la nation a provoqué une agitation au sein de la majorité au pouvoir. Les députés républicains refusent la composition de ce bureau, accusant les responsables de s’attribuer des postes entre eux et leurs proches. Ils menacent de soutenir des candidats indépendants si le président de la République ne reconsidère pas la sélection proposée par le présidium de l’Union Sacrée. Lire aussi : RDC : Le bureau définitif de l’Assemblée nationale sera élu et installé le 18 mai – Infocongo

Gel Boumbe

Laisser une réponse