Forêt du Bassin du Fleuve Congo

Le projet Maï-Ndombe REDD+, mené par ERA Congo/Wildlife Works Carbon, franchit une étape importante avec la vente de crédits carbone. Jean Robert Bwangoy, directeur général du projet, a annoncé cette avancée lors d’un point de presse tenu à Kinshasa vendredi 10 mai.

Valoriser la forêt autrement : le pari du crédit carbone

« Imaginez un arbre comme une grume, mais au lieu de le vendre sur le marché traditionnel, nous le valorisons grâce au processus REDD+ », explique Jean Robert Bwangoy. « Ce processus nous permet de générer des « crédits carbone », qui représentent l’équivalent de CO2 stocké par la forêt si elle n’avait pas été protégée par le projet. »

Jean-Robert Bwangoy, DG du projet ERA Congo/Wildlife Works Carbon (Ph droits tiers)

Ces crédits carbone sont ensuite mis en vente sur le marché international, à destination des pays pollueurs qui cherchent à compenser leurs émissions de gaz à effet de serre. ERA Congo/Wildlife se positionne ainsi comme un acteur majeur de la lutte contre le changement climatique en RDC.

Un modèle économique vertueux et inclusif

Le projet Maï-Ndombe REDD+ se distingue par son modèle économique vertueux et inclusif. « 25% de la valeur totale des crédits carbone vendus sont rétrocédés aux communautés locales », souligne Jean Robert Bwangoy. « Quant aux bénéfices restants, ils sont partagés à parts égales entre le projet et l’État congolais. »

Crédits carbone disponibles au Mai-Ndombe

Cette approche permet de concilier la protection de l’environnement avec le développement socio-économique des populations locales. Les communautés bénéficient ainsi directement des revenus générés par le projet, ce qui encourage leur implication dans la préservation de la forêt.

Un succès remarquable et des perspectives prometteuses

ERA Congo/Wildlife se félicite des résultats obtenus jusqu’à présent. « Notre projet a produit plus de crédits carbone que tous les autres projets REDD+ similaires dans le monde », affirme Jean Robert Bwangoy. « Ces résultats démontrent l’efficacité de notre approche et nous encouragent à poursuivre nos efforts pour préserver la forêt du Maï-Ndombe et contribuer à la lutte contre le changement climatique. »

Lire :  CENI : Dénis Kadima, seul maître à bord !

La vente de crédits carbone ouvre de nouvelles perspectives prometteuses pour le projet Maï-Ndombe REDD+. ERA Congo/Wildlife ambitionne de développer ce modèle à d’autres régions de la RDC, contribuant ainsi à la protection de la biodiversité et à la lutte contre le réchauffement climatique à l’échelle nationale. Lire aussi : La RDC organise, 40 après, les états généraux des forêts – Infocongo

Laisser une réponse