Livre Justice corrompue de Zeph Zabo

« Justice corrompue 3e volume – stop au banditisme judiciaire de nos magistrats véreux : Modus operandi dénudé », est une lettre objective au magistrat suprême dont l’auteur n’est autre que Me Zéphyrin Zabo, mieux connu sous le nom de Zeph Zabo.

Zeph Zabo avocat et auteur
Zéphyrin Zabo, Avocat et auteur (ph. droits tiers)

Cet ouvrage de 278 pages paru le 18 décembre 2023 aux éditions Justice, Éducation et Développement (JED), USA/France/RDC, imprimé par Amazon, est un livre d’intérêt public général. À Kinshasa, le livre sera porté sur les fonts baptismaux, le 20 avril 2024, sauf imprévu.

Dans ce livre, cet avocat au barreau de Kinshasa près la Cour d’appel de Matete, vise à mettre fin à la corruption et à la théâtralisation de la justice congolaise, à l’impunité, à la concussion, au trafic d’influence, à la fraude sous toutes ses formes, aux détournements des deniers publics et aux autres antivaleurs connexes en RDC.

Palais de justice de Buta Bas-Uele
Palais de justice de Buta Bas-Uele (Ph droits tiers)

Le livre veut garantir l’avènement d’un véritable État de droit, d’une justice juste, égale, équitable, impartiale, indépendante, non-sélective, non-discriminatoire, la même pour tous, ainsi que la bonne gouvernance et le développement économique, social et humain dans notre pays.

Dix chapitres

Parmi les dix chapitres exploités par auteur, on peut citer « Le modus operandi :  révélations spontanées du juge « Kaniaka » offensé », « Un modus operandi notoire, confirmé, complété par d’autres acteurs judiciaires : corruption quand tu nous tiens!», « La justice, la 2e institution la plus corrompue en RDC…», « Mon cri du cœur : ma lettre ouverte au Président de la République, Magistrat suprême, S.E.M. Félix Tshisekedi, sur la justice de plus en plus corrompue, théâtrale, inexistante et révoltante : évitons à notre pays de basculer dans la loi de Talion « œil pour œil, dent pour dent », «Stop au banditisme judiciaire de nos magistrats véreux : voies et moyens», « Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira.»

C’est dans ce dernier chapitre que l’auteur précise que le peuple congolais, à l’instar des autres peuples à travers le monde, à pleinement le droit de revendiquer et d’exiger de ses gouvernants, en commençant par le Président de la République et Magistrat Suprême, le respect, par tous, de la Constitution et des lois de la République.

Lire :  Kasaï : Handicap International appelle les parents à s’investir dans le nouveau projet « accès et égalité de l’éducation pour les filles »

Appliquer le droit

En définitive, l’application et le respect stricts, non discriminatoire et non-sélectifs de l’ensemble du droit (c’est-à-dire de la Constitution, des lois et règlements de la République, de la jurisprudence, de la doctrine, des principes généraux du droit, et le cas échéant, des règles du droit international des règles coutumières et de l’équité) applicable à chaque cas devant la justice, par les magistrats et ce, avec la bonne moralité, l’intégralité, les compétences, l’impartialité et l’indépendance requises, constituent les gages indispensables pour pouvoir lutter avec succès contre la corruption, la concussion, le trafic d’influence, l’immortalité, le dol, l’arbitraire, l’injustice délibérée, la barbarie humaine, le tribalisme, le clientélisme, l’impunité et les autres antivaleurs aux fins d’éradiquer ces fléaux et goulots d’étranglement du développement humain, économique, social et durable dans notre pays.

Cour constitutyionnelle RDC
Cour constitutionnelle RDC

Ce Docteur en droit international public de l’Université d’Ottawa tient à la restauration de la justice de son pays. Dans le chapitre 5 de ce nouveau livre, Zeph Zabo donne déjà l’avant-goût et prélude de son prochain livre intitulé : « Justice corrompue Volume 4 – Le test : 32 décisions judiciaires dénoncées, Lois, jurisprudence et doctrine décortiquées. »

Il faut être un patriote pour arriver à dire très haut ce que les autres disent très bas. Comme ne cesse de dire un autre patriote : « La RDC a une très bonne Constitution, mais elle dispose un groupe d’hommes incapables de respecter les textes de ses lois. On peut changer mille fois notre Constitution, avec l’actuelle classe politique, le pays va sombrer davantage. Mais lorsqu’on change une fois la seulement la mentalité de l’homme congolais, le pays va se développer en un rien du temps. »

Lire :  Afrique du Sud : Desmond Tutu est décédé à 90 ans

Gel Boumbe