Corps transportés en Ituri

Au cours du mois dernier, au moins 68 civils ont perdu la vie lors des attaques menées par des groupes armés dans la province de l’Ituri, en République démocratique du Congo (RDC). Ces violences ont touché les territoires de Djugu, Irumu, et Mambasa, où les assaillants sont actifs. Le Bureau de coordination humanitaire (OCHA) a documenté ces événements alarmants.

La situation sécuritaire s’est aggravée depuis le début de l’année, mettant en péril les activités humanitaires dans la région. Entre le 9 et le 13 février, au moins 17 civils ont été tués lors d’attaques armées dans les territoires de Djugu et Irumu, selon des sources locales. Le 13 février, de nouvelles attaques ont été signalées, impliquant des affrontements entre deux groupes armés non-étatiques pour le contrôle des sites aurifères dans la zone de Gbado, où 13 orpailleurs ont perdu la vie.

Otages rescapés des ADF en Ituri
Otages rescapés des ADF en Ituri (Archives infocongo.net)

Cet incident tragique est le deuxième du genre depuis le début de l’année. Le premier affrontement a été signalé entre le 23 et le 24 janvier dans la localité de Blangete (Zone de santé de Kilo, territoire de Djugu), entraînant la mort de deux civils et le déplacement forcé de plus de 4 000 personnes dans les aires de santé de Pluto, Pilipili, Kilo-Moto, Mongwalu, CECA 20, et Notre Dame de Charité Maternelle, selon des sources humanitaires.

Malgré l’état de siège en vigueur depuis plus de deux ans, l’insécurité persiste en Ituri

Malgré l’état de siège en vigueur depuis plus de deux ans, l’insécurité persiste en Ituri. Le Bureau conjoint des affaires humanitaires souligne que les tensions intercommunautaires, liées aux conflits fonciers et à la lutte pour le contrôle des ressources minières, sont parmi les principales causes de la crise dans la région, en particulier dans la zone de santé de Damas. Cette zone abrite plus de 43 000 personnes déplacées depuis plus de deux ans, selon le rapport.

Déplacés internes en Ituri
Déplacés internes en Ituri (archives infocongo.net)

Dans le territoire de Mambasa, entre le 4 et le 5 février, une série d’attaques armées a coûté la vie à 20 civils dans les villages de Manzia, Ngwaba, Makumbo, et Lukaya (AS de Bella et Lukaya), entraînant le déplacement d’au moins 5 000 personnes vers plusieurs localités environnantes.

Lire :  Ituri : Une dizaine de civils se sauvent miraculeusement des mains des ADF

Les violences armées continuent de déchirer principalement les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu, et du Sud-Kivu, touchant un grand nombre de personnes déplacées et exposées à diverses épidémies, en plus de la famine qui sévit dans la région. La République démocratique du Congo compte 6,46 millions de personnes déplacées, faisant de la crise de déplacement l’une des plus graves au monde et la deuxième en Afrique, juste derrière le Soudan, selon l’OCHA. Lire aussi : Les rebelles ADF établissent des bastions dans plusieurs localités en Ituri – Infocongo