Jean-Pierre Lacroix et des officiels Congolais

Face à la détérioration de la situation sécuritaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC), où les rebelles du M23, appuyés par le Rwanda, affrontent les forces gouvernementales, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, a appelé à la relance des efforts diplomatiques dans la région.

Il a notamment évoqué les processus de Luanda et de Nairobi, initiés respectivement par l’Angola et le Kenya, pour favoriser le dialogue entre Kinshasa et Kigali.

Jean-Pierre Lacroix s’est exprimé lors d’une conférence de presse le mercredi 7 février 2024, après avoir effectué une mission d’une semaine en RDC. Il a souligné l’importance de reprendre les initiatives diplomatiques, qui ont connu un ralentissement pendant la période électorale, selon le ministre des Affaires étrangères congolais, Christophe Lutundula. Il a assuré que les Nations-Unies soutiennent et accompagnent ces efforts, qui sont selon lui la seule solution à la crise régionale.

Arrivée de Jean-Pierre Lacroix à Goma/RDC (Ph. droits tiers)

Jean-Pierre Lacroix plaide pour la relance du dialogue régional

« Il est essentiel que les efforts diplomatiques reprennent, en parallèle avec le désengagement progressif de la MONUSCO, compte tenu de la dégradation de la situation dans cette zone (NDLR : Est de la RDC). Il y a plusieurs processus en cours, tels que le processus de Luanda et celui de Nairobi, avec l’implication d’autres partenaires en Afrique et au-delà, qui ont déployé des actions pour engager les parties », a-t-il déclaré.

La feuille de route de Luanda, signée en 2022 par le Rwanda et la RDC, est le seul plan de sortie de crise actuellement en vigueur pour tenter de rétablir la paix et la sécurité dans la région. Elle vise à mettre fin aux tensions entre Kinshasa et Kigali, qui s’accusent mutuellement de soutenir des groupes armés dans l’Est du Congo. Le M23, une ancienne rébellion tutsi, a repris les hostilités en 2021, en reprochant à Kinshasa de ne pas avoir respecté les accords sur la démobilisation de ses combattants.

Jean-Pierre Lacroix à la MONUSCO

Les affrontements entre le M23 et les forces congolaises se sont intensifiés ces dernières semaines dans le territoire de Masisi, dans la province du Nord-Kivu. Le M23, soutenu par le régime de Paul Kagame, a réussi à avancer dans certaines zones et à atteindre la RN2, provoquant la peur à Goma, la capitale provinciale.

Lire :  Beni : 12 militants de la LUCHA libérés après 10 mois de détention à Kangbayi

Le ministre de la Communication et des Médias, Patrick Muyaya, et le Porte-parole des Forces Armées de la RDC, le Général Major Sylvain Ekenge, ont réaffirmé la détermination du gouvernement à faire face à cette menace. Lire aussi : Masisi : les affrontements coalition FARDC-Wazalendo et M23/RDF se rapprochent de Sake, la cité stratégique se dépeuple – Infocongo