Mukwege, Fayulu, Ngoy

Les candidats Martin Fayulu, Denis Mukwege, Théodore Ngoy, Jean-Claude Baende, Nkema Liloo et Floribert Anzuluni ont déclaré qu’ils déposeront une plainte ce vendredi 24 novembre 2023 devant la Cour de cassation contre Denis Kadima, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et Peter Kazadi, vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur. Ils accusent les deux personnalités d’abstention coupable.

Théodore Ngoy a souligné les préoccupations concernant l’identification des électeurs : « Nous ne savons pas qui est notre électeur. Nous allons aux élections sans connaître le chiffre réel des électeurs. »

Il a également critiqué la qualité des cartes d’électeurs : « 80 % des cartes d’électeurs sont illisibles, car elles ont été imprimées de manière thermique. Cela signifie qu’il a été délibérément donné aux électeurs des cartes qui s’effacent. »

La question de la sécurité des candidats a également été soulevée : « Jusqu’à présent, Peter Kazadi n’a pas fourni à chaque candidat les 25 policiers requis par la loi. Nous constatons que Félix Tshisekedi mène sa campagne protégé par la garde républicaine, alors qu’il devrait être protégé par la police. »

Les candidats ont indiqué que cette procédure pourrait aboutir à la détention préventive de Peter Kazadi et Denis Kadima : « Nous voulons que le procureur général près la cour de cassation entende en flagrance Peter Kazadi et Denis Kadima. On peut bien placer les deux en détention préventive, les entendre et les traduire devant le juge compétent pour corriger ce processus », a ajouté Théodore Ngoy. Lire aussi : Présidentielle 2023 : à Isiro et Bunia, Katumbi qualifie Tshisekedi de « président des promesses somnifères », qu’il ne faut pas voter

Lire :  Nouveau gouvernement : la clé de répartition au sein du FCC