Réunion avec les cadres de base de Goma

Rentabiliser la collaboration entre les chefs de quartier et les différents Task-force qui fonctionnent à travers la ville, c’est l’objectif de la réunion de sécurité élargie aux cadres de base tenue ce mercredi 11 octobre à la mairie de Goma (Nord-Kivu).

Le Général major Bruno Mpezo, commandant de la 34ème région militaire qui a pris part à cette réunion a expliqué à la presse qu’il était question de donner aux cadres de base certaines matières sur la situation sécuritaire actuelle caractérisée par la guerre du M23 soutenu par le Rwanda.

Les cadres de base ont été appelés à faire très attention avec la déception de l’ennemi qui consiste à rependre des informations qui déséquilibrent l’opinion.

« Faire attention avec des informations qui répandent des fausses informations telles que, le Rwanda a envoyé des brigades, les militaires Ougandais sont habillés en tenue de l’EAC, la ville va tomber demain ; sont des informations qui paniquent la population et poussent la population à l’énervement. J’ai demandé aux cadres de base de faire attention avec ça, qu’on ne tombe pas dans les manœuvres de l’ennemi », a dit le commandant de la 34ème région militaire au Nord-Kivu. 

Est-il vrai que les Wazalendo utilisent l’avion de chasse des FARDC ?

« C’est de l’humour, comment les Wazalendo peuvent voler un avion de chasse.  Ce sont juste des informations de nature à faire rire les gens. Je ne sais pas comment entrer dans les détails, mais vous savez de quoi il s’agit », a réagi le Général major Bruno Mpezo. 

Pour lui, l’ennemi veut pousser la République démocratique du Congo « à commettre une faute dans la surface de réparation comme dans un match de football, pour qu’il ait penalty ».

Lire :  Ituri: De nouveau des morts dans une nouvelle incursion CODECO à Mahagi

« Notre pays est bien organisé. On ne peut pas se permettre à ce que la population commette une faute. Vous savez le penalty dans un match de football.  C’est-à-dire, on pousse maintenant le pays à faire ce qu’on appelle une faute dans le carré pour qu’on condamne notre pays. C’est une erreur grave.  Ne suivez pas ces informations fausses », a-t-il conclu.

Amour Imani Christian