Combattants Wazalendo

Plusieurs agglomérations situées près de Kirolirwe et de Kitshanga, à plus ou moins 70 Km de Goma, dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu), sont depuis ce mercredi 4 octobre le théâtre d’affrontements entre les rebelles du M23 et les membres des groupes d’auto-défense dits « Wazalendo ».

Les sources de la société civile affirment que les éléments du M23 ont été délogés de certaines positions qu’ils tentaient de réoccuper dans le Masisi. La reprise des hostilités dans la région a provoqué de nouveaux déplacements des populations. Les unes se sont réfugiées à Kitshanga et environs alors que les autres ont pris la direction de la brousse.

« Depuis 4 h d’aujourd’hui, les affrontements entre les terroristes du M23 et les éléments des groupes d’autodéfense dits Wazalendo ont repris dans la chefferie des Bashali. Des tirs en armes lourdes et légères ont été entendus depuis plusieurs collines surplombant Burungu, Rushebeshe et environs.

Ces violents affrontements ont provoqué le déplacement des habitants de ces agglomérations vers Kitshanga et environ. Les affrontements sont en cours. C’est donc la population qui est victime de ces atrocités », témoigne Télesphore Mitondeke, rapporteur de la société civile de Masisi.

Il préconise cependant des réponses proportionnelles de la part des FARDC face aux provocations du M23.

« Nous ne cessons d’en appeler à la responsabilité totale de nos services habilités afin que prenne fin cette nébuleuse du M23. Il faut des réponses proportionnelles au degré de toutes les manœuvres qu’utilise le M23 pour faire souffrir la population », a ajouté Telesphore Mitondeke, membre de la société civile de Walikale.

Lire :  Les USA ne sanctionneront pas le Rwanda pour sa milice M23 : Anthony Blinken préfère une solution diplomatique

“Manoeuvres dilatoires”

Dans un communiqué publié ce même mercredi, le porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant-colonel Njike Kaiko Guillaume, précise que l’armée considère comme manœuvre dilatoire les accusations portées contre elle par le M23/RDF au sujet des affrontements qui se déroulent près de Kirolirwe dans le territoire de Masisi.

« Comme le ridicule ne tue pas, ce dernier (ndlr : le M23) fait circuler dans les réseaux et médias sociaux les informations attribuant les attaques de ce mercredi 4 octobre 2023 dans les localités environnant Kirolwire dans le territoire de Masisi aux FARDC. Les FARDC informent qu’elles ne sont concernées, ni de près ni de loin, car elles continuent à observer le cessez-le-feu comme l’exigent les accords des chefs d’États de la sous-région », lit-on dans le communiqué de l’armée.

Cette reprise des combats à lieu alors que les Chefs des États-majors des forces armées de la SADC, de l’EAC, de la CIRGL, de la CEEAC, et celui des Forces Armées de la République Démocratique du Congo devraient se réunir à Addis-Abeba ce mercredi 4 octobre pour examiner les différentes initiatives visant à éliminer les obstacles entravant la résolution de la crise dans la partie Est de la RDC.

L’annonce a été faite par le VPM, ministre des Affaires Étrangères Christophe Lutundula lors de son intervention devant le Conseil de sécurité des Nations-Unies jeudi 28 septembre 2023 à New-York aux États-Unis d’Amérique. Lire aussi : Affrontement entre patriotes Wazalendo et terroristes du M23 dans plusieurs villages de Rutshuru – Infocongo