Ados Ndombasi député national ECIDE

Le Député national Ados Ndombasi vient d’annoncer, ce jeudi 29 juin au cours d’une conférence de presse, son départ du parti politique de Martin Fayulu. Il justifie cette décision par la divergence qu’il a eue avec Fayulu après que celui-ci a décidé de suspendre la participation du parti au processus électoral en cours.

Ados Ndombasi annonce qu’il va poursuivre son combat politique qui, pour lui, ne se limite pas dans le cadre d’un parti politique. Il assure que sa vision de défendre les intérêts du peuple reste intacte et ne se circonscrit pas dans le cadre d’un parti politique.

Divergence fatale

En effet, on se souviendra que Martin Fayulu avait annoncé que son parti, l’ECIDE, mécontent du processus électoral en cours, ne présenterait pas des candidatures à tous les postes et qu’il se retirait du processus, tant que ce dernier était corrompu.

Cependant, dimanche dernier, au terrain de la place Sainte Thérèse dans la commune de Ndjili, Fayulu a annoncé son accord de rencontrer l’équipe de la CENI. Il a indiqué qu’il va définir « les règles de jeu » avant la tenue des élections prévues le 20 décembre de cette année. « Nous allons nous mettre ensemble, nous allons lui [Denis Kadima] dire voici les règles de jeu, s’il accepte les règles, nous allons participer aux élections, sinon nous n’allons jamais accepter ça »

Enfin, Ados Ndombasi, qui avait déjà adressé au président national d’ECIDE une correspondance dans laquelle il lui demandait de revenir sur sa décision de quitter le processus électoral, remercie Martin Fayulu et le Secrétaire général de l’Ecide, Devos Kitoko, pour l’encadrement qu’ils lui ont apporté ces dernières années. Néanmoins, l’opinion se demande s’il va rester logique et démissionner à l’Assemblée national de son poste de député membre d’ECIDE ? Lire aussi: Les 4 leaders de l’opposition face à Denis Kadima ce vendredi pour sauver le processus électoral – Infocongo

Lire :  Assemblée nationale : le bureau Mboso menace de sanctionner les députés qui soutiennent la dénonciation de Fayulu