Peter Kazadi ministre de l'Intérieur en point de presse

Dans un point de presse animé cet après-midi en son cabinet de travail, le Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Peter Kazadi Kankonde a fait le tour des événements qui font la une des médias et l’actualité en RDC.

En gros, on retiendra de cet échange avec les chevaliers de la plume que le chef de l’Etat et le gouvernement ne sont pas à blâmer, c’est la faute de l’opposition.

Ainsi, concernant les dérapages sanglants des forces de l’ordre samedi dernier à la marche pacifique de l’opposition, le VPM P. Kazadi reconnaît qu’il y a eu répression de la marche, mais il souligne que les manifestants ont aussi violenté les éléments de la police.

« C’est vrai qu’il y a eu violence. C’est aussi vrai que les manifestants ont violenté les forces de l’ordre. La RDC n’est pas le seul pays au monde où les forces de sécurité ne se sont pas bien comportées », a-t-il déclaré.

Dans la foulée, le patron de l’Intérieur a reprouvé la manière dont certaines personnes jettent l’opprobre sur le gouvernement en cas de dérapage de la police.

Chez les autres aussi !

« On a vu ça aussi en France. Aux États-Unis on tue des citoyens américains par des policiers mais jamais on a cherché à mettre ça sur le dos des autorités. Mais en RDC lorsque quelques éléments de la police se méconduisent, on accuse l’État congolais. On accable le Chef de l’État, ses ministres, comme si c’était eux sur terrain », s’est-il indigné.

Concernant la décision du gouverneur de la ville de Kinshasa autorisant 3 manifestations à la même date, Peter Kazadi chef hiérarchique de Gentiny Ngobila, clame son innocence :

Lire :  Covid-19 : le gouvernement congolais lève le couvre-feu et assouplit d'autres mesures barrières

« Je n’ai pas été associé à la prise de décision du gouverneur de Kinshasa qui a autorisé 3 manifestations le même jour » En sommes, le ministre de la sécurité de la RDC et patron de la police et des services de renseignement, ne lit même pas la presse, qui avait annoncé tous ces événements…

Rappelons que plusieurs cas de violences ont été enregistrés lors de la marche de l’opposition le 20 mai dernier, dont l’agression d’un mineur par les éléments de la police nationale Congolaise. Lire aussi : RDC : La marche ensanglantée de l’opposition – Infocongo