Populations déplacées internes au Nord-Kivu

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) dénoncent les attaques des terroristes du M23, qui occasionnent des déplacements massifs des populations congolaise dans le territoire de Masisi et plusieurs villages autour de Kitshanga.

En effet ce lundi 20 février, les éléments du M23 ont attaqué simultanément les positions de l’armée dans les villages de Kyehemba, Butchalwichi, Kihusha et Lubula dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu). « Et ce, malgré les efforts fournis par les Chefs d’Etat à Nairobi, Luanda et récemment à Addis Abeba, pour obtenir un cessez-le-feu de la part de ce dernier », dit un communiqué de l’armée ce lundi.

Véhicule transportant des terroristes du M23
Véhicules transportant des terroristes du M23

Ainsi, faisant fi du récent appel au cessez-le-feu lancé en marge du sommet de l’Union africaine tenu ce week-end à Addis Abeba (Éthiopie) sur la crise dans l’Est de RDC, les terroristes du M23 poursuivent leurs attaques contre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

« Ces affrontements qui sont en cours au moment où nous communiquons, viennent de provoquer des déplacements massifs des populations civiles entraînant de ce fait, un drame humanitaire », poursuit l’armée, qui lance un appel :

« Au regard de ces multiples violations du cessez-le-feu par le RDF et ses supplétifs de M23, les FARDC lancent pour la énième fois l’appel à la communauté internationale, à l’Union africaine, à la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est ainsi qu’au Mécanisme de vérification ad hoc de constater ces bavures et d’en tirer toutes les conséquences ». Lire aussi :

Lire :  L’opposition politique pleure Pierre Lumbi, décédé dimanche 14 juin