Députés provinciaux reçus à la Primature

Comme les cowboys, les députés provinciaux congolais, ont appris que certains problèmes se règlent à coups de poings ! En effet, après l’incident de lundi 6 février 2023 dans les installations de la Primature, soldé par un accrochage entre un groupe de députés provinciaux et les services de sécurité, le Directeur de cabinet du Premier ministre, Paul Gaspard Ngondankoy Nkoy-ea-Longya, a finalement réuni ces élus de province pour échanger sur leurs revendications concernant le paiement des arriérés de leurs émoluments.

Empoignades députés provinciaux et sécurité de la Primature

A en croire le député provincial Socrate Kangulumba, élu du Kwango et porte-parole du Collectif des députés provinciaux, le Premier ministre a instruit son directeur de cabinet de prendre langue ce lundi même avec le ministre des Finances et celui du Budget pour débloquer cette situation.

« L’échantillon des députés provinciaux de la RDC est venu encore une fois de plus, pour rencontrer le Premier ministre, sinon pour fustiger le mauvais comportement des ministres du Budget et des Finances », a fait savoir le porte-parole des députés provinciaux.

Il a rappelé que « lors de la 62ème réunion du Conseil des ministres, le chef de l’État avait instruit les deux ministres sectoriels de pouvoir apurer les arriérés et régulariser la paie des honorables députés provinciaux. Malheureusement, cette orientation, tout comme l’instruction du chef de l’État, a toujours été traitée avec une très grande négligence », a-t-il ensuite déploré avant de poursuivre que « c’est la raison pour laquelle nous nous sommes décidés de venir solliciter de nouveau l’implication du Premier ministre ».

Solution en vue…

Au terme de l’échange avec le Directeur de cabinet du Premier ministre, le porte-parole a révélé que « Par rapport à la question principale, le Premier ministre, à travers le directeur de cabinet, a confirmé qu’aujourd’hui, peu importe l’heure, il va prendre langue avec ces deux ministres sectoriels afin qu’une solution soit immédiatement trouvée ».

Lire :  Hydrocarbures : la menace de pénurie des carburants est bien réelle (spécialiste)

De leur côté, tout en regrettant la manifestation de l’excès d’adrénaline, le porte-parole des député a justifié leur attitude de forcer les accès du bâtiment du Premier ministre par l’urgence de leur dossier. « Nous regrettons cet incident. Nous sommes des légalistes. En interrogeant les textes, la police est là pour sécuriser la population et imposer l’ordre. Nous sommes venus dans le respect de la procédure. Nous avons signé la liste des présences et nous l’avons envoyée à qui de droit. Mais les policiers ont indisposé les députés provinciaux que nous sommes. C’est pourquoi la situation a dégénéré », a-t-il dit.

Vice de procédure

Mais, avaient-ils préalablement pris rendez-vous pour solliciter une audience avec le Premier ministre ? le porte-parole du Collectif des députés provinciaux reconnait à demi-mot ce manquement. « Nous sommes politiques. Et en politique, les urgences tombent comme de l’eau. Face à l’urgence qu’on avait, il était question d’arriver sur place », a-t-il répondu.

Enfin, le Directeur de cabinet du Premier ministre a déploré les incidents et a condamné toute forme de violence. Il entend établir objectivement les responsabilités des agents impliqués dans cet accrochage.

Notons que les 41 députés provinciaux identifiés proviennent de 11 provinces, à savoir : Bas-Uélé, Haut Lomami, Kasaï, Kwango, Kwilu, Lomami, Maniema, Mongala, Nord Ubangi, Sankuru, Tshopo et Tsuapa.