Massacre de civils par le M23

Le rapport de HRW (Human Rights Watch), publié ce lundi 6 février, intitulé « RD Congo : les atrocités de la rébellion du M23, soutenue par le Rwanda », affirme que le M23 soutenu par le Rwanda a procédé à des exécutions sommaires et au recrutement forcé de civils dans l’est de la République démocratique du Congo.

Le rapport relève que les parties belligérantes font de plus en plus appel aux loyautés ethniques, exposant les civils des zones reculées de la province du Nord-Kivu à un risque accru.

« Les rebelles du M23 soutenus par le Rwanda dans le Nord-Kivu laissent dans leur sillage une série croissante de crimes de guerre contre les civils. Le Rwanda devrait mettre fin à son soutien militaire au M23, tandis que les troupes gouvernementales congolaises devraient donner la priorité à la protection des civils et cesser de recourir à des milices responsables d’abus comme forces supplétives », a déclaré Thomas Fessy, chercheur principal sur la RD Congo à Human Rights Watch.

Véhicule transportant des terroristes du M23
Véhicule transportant des terroristes du M23

Exécutions sommaires par le M23 soutenu par le Rwanda

Une femme de 38 ans a raconté qu’elle était chez elle, à Kishishe, avec son mari et leurs trois enfants lorsqu’un groupe de combattants du M23 a défoncé la porte à coups de pied.

« Ils ont pris mon mari et notre fils de force et les ont emmenés dehors ; ils m’ont dit : « Toi, maman, enferme-toi dans la maison, si tu sors on te tue ! » », a-t-elle expliqué. « Alors j’ai fermé la porte derrière eux. Ils sont allés avec eux à quelques mètres et ils ont tirés sur eux, j’étais en train de regarder dans un trou [de la porte] », ajoute-t-elle.

Lire :  Léopards : Sébastien Desabre dévoile sa liste de 26 avec Simon Banza et Grady Diangana

 Son mari a été grièvement blessé mais a survécu. Leur fils de 25 ans est décédé.

Les enquêtes récentes du Groupe d’experts des Nations Unies sur la RD Congo, ainsi que les recherches menées par Human Rights Watch, fournissent des preuves significatives – photographiques et autres – que non seulement le Rwanda apporte un soutien logistique au M23, mais que les troupes rwandaises renforcent également le groupe armé ou se battent à ses côtés sur le territoire congolais.

Des centaines de milliers de déplacés

La reprise des hostilités entre le M23, l’armée congolaise et plusieurs autres groupes armés a contraint plus de 520 000 personnes à fuir leurs foyers, selon les Nations Unies. Cela a exacerbé une situation sécuritaire et humanitaire déjà catastrophique dans le Nord-Kivu et dans l’est de la RD Congo, plus largement.

L’organisation humanitaire Médecins Sans Frontières a mis en garde contre une catastrophe sanitaire potentielle, alors que le choléra se propage rapidement dans les camps de personnes déplacées en périphérie de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu.

Mais, paradoxalement, aucune sanction n’est prise jusque-là contre le Rwanda, commanditaire de ce groupe terroriste, ni par l’ONU, ni par l’Union européenne. Lire aussi: Le M23 avait massacré à Ruvumu et Ruseke avant Kishishe