Epidémie de Rougeole

Au moins 700 cas de rougeole ont été notifiés depuis octobre dernier dans la zone de santé d’Oicha, en territoire de Beni dans la province du Nord-Kivu, selon les autorités sanitaires.

Une épidémie de rougeole frappe de plein fouet cette partie du Nord-Kivu et les sites des déplacés sont aussi touchés par cette maladie qui a déjà fait jusque-là six morts. L’hôpital général d’Oicha qui reçoit les malades est saturé, certains patients sont pris en charge en plein air. Le responsable de cet hôpital s’inquiète et alerte le gouvernement.

L’épidémie secoue l’agglomération d’Oicha. Une flambée due à la recrudescence des tueries qui provoquent des déplacements des populations dans la zone. A l’entrée de l’hôpital général d’Oicha, les couloirs sont bondés de malades allongés à même le sol. Les salles d’hospitalisation sont saturées.

Bien avant cette épidémie, les déplacés recouraient aux tradipraticiens pour se soigner, témoigne Thérèsi Mariam, présidente des déplacés dans la cité d’Oicha.

« Nous assistons maintenant à plusieurs cas de rougeole ici dans le site dont les enfants. Et même les femmes sont aussi touchées. Nous ne savons pas l’origine de cette maladie. Que les autorités nous apportent un médicament efficace qui va vite nous guérir car dans nos villages d’origine la rougeole était traitée par de médicament traditionnel, mais maintenant c’est un peu difficile de la guérir de nous-mêmes car on a plus accès à nos forêts à la suite des massacres dans nos villages », indique Thérèsi Mariam, trouvée dans le site de CECA Mission.

Autorités sanitaires débordées

Les autorités sanitaires sont aussi débordées, elles tirent la sonnette d’alarme. Sans campagne de vaccination massive contre la rougeole, la situation pourrait être incontrôlable dans les prochaines heures. Docteur Jérôme Munyambethe est médecin directeur de l’hôpital général d’Oicha.

Lire :  Nyiragongo : 250 élèves de la 8ème pris en charge par l'honorable Singoma Mwanza pour participer au TENASOSP

« La rougeole est en train de toucher beaucoup plus les personnes qui ne sont pas vaccinées. Et les déplacés se sont des personnes qui manquent beaucoup de vaccins, mais au-delà de cette exposition là nous avons parlé même de leur situation nutritionnelle qui est déplorable. Nous risquons d’assister à des contaminations chez des personnes qui ont déjà un problème immunitaire, et là ça devient vraiment grave. Nous avons besoin d’une campagne de vaccination d’urgence contre la rougeole, sinon, à l’allure où vont les choses le nombre des décès va augmenter ce qui ne sera bon pour notre population qui est déjà meurtrie par la guerre », déclare le médecin directeur Jérôme Munyambethe.

Par ailleurs, selon Médecin sans frontière, les flambées récurrentes de rougeole en RDC sont dues notamment à des contraintes géographiques et sécuritaires. Dans certaines régions, les parents doivent parcourir de très longues distances pour atteindre une structure de santé. Et pour lutter efficacement contre ce fléau, dit MSF, il faudrait une couverture vaccinale de 95% avec deux doses par enfant et des campagnes de ratissage régulières. lire aussi: 907 cas de rougeole notifiés dans la Zone de santé de Bogose-Nubi