Populations déplacées internes au Nord-Kivu

L’ONU et ses partenaires humanitaires sont en quête de près de 50 millions de dollars, destinés à aider 315 000 personnes parmi les plus vulnérables à la suite de l’activisme du M23 dans le Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC). 

Femme à bout de forces dans l’errance au Nord-Kivu

« L’aide consistera en une aide alimentaire, des abris d’urgence, de l’eau, des installations sanitaires, des soins de santé, une éducation d’urgence et des services de protection, ce qui comprend la réunification des enfants non accompagnés avec leurs familles et la prise en charge des victimes d’agression sexuelle », a déclaré lundi Stéphanie Tremblay, Porte-parole auxiliaire de António Guterres, Secrétaire général de l’ONU.

De son côté, OCHA indique que depuis mars 2022, la reprise des affrontements a déplacé plus de 390 000 personnes, principalement des femmes et des enfants.  Ces personnes vivent dans des familles d’accueil ou dans des sites pour personnes déplacées dans les territoires de Rutshuru, Nyiragongo, Lubero, Masisi ainsi que dans la ville de Goma.

« Nous avons fourni de la nourriture à plus de 130 000 personnes et distribué de l’eau à des centaines de familles par jour, tandis que plus de 1 500 enfants souffrant de malnutrition reçoivent des soins appropriés », a ajouté Stéphanie Tremblay.

Alors que les besoins augmentent, il faut être en mesure de continuer à soutenir les populations et d’intensifier la réponse, a-t-elle dit. Lire aussi: Une assistance du président Angolais aux déplacés de guerre réceptionnée par le gouverneur militaire à Goma

Lire :  On meurt de faim dans les prisons congolaises