Démarrage des travaux de Nairobi3

Les travaux du troisième round du processus de Nairobi pour le retour de la paix dans l’Est de la RDC débutent ce mercredi 30 novembre à Nairobi (Kenya). Tous les délégués de la société civile et des groupes armés congolais étant arrivés dans la capitale kenyane, Nairobi, la veille mardi.

Outre les délégations des groupes armés et de la société civile, il y aussi des associations des femmes et des communautés du Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniema, Ituri et du Tanganyika qui prendront part à ce troisième round des pourparlers. 

La liste complète des participants n’est pas encore rendue publique. Pour l’Ituri, trois groupes armés sont présents : la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI), le Front patriotique et intégrationniste du Congo (FPIC) et enfin la Coopérative pour le développement du Congo, la Codeco, l’une des milices les plus meurtrières de la province, qui a menacé mardi de quitter le dialogue, dénonçant des attaques sur ses troupes.

Les participants au processus de Nairobi III

Pour rappel, lors du premier processus de Nairobi en avril dernier, le M23 avait été convié puis exclu du dialogue. Cette fois, le groupe rebelle n’a pas été invité.

Les travaux de seront dirigés par l’ancien président Kenyan Uhuru Kenyatta, facilitateur de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EAC) pour le processus de paix dans l’Est de la RDC.

Mardi 29 novembre, le mandataire spécial du président Congolais pour le processus de Nairobi, Serge Tshibangu, a appelé tous les groupes armés présents à Nairobi au respect du cessez le feu sur terrain pour éviter de s’auto exclure de ces discussions : 

Lire :  Le Bureau d'âge accusé d'avoir agi au-delà de ses prérogatives

Coup de feu interdit pendant les pourparlers

« Ces engagements que nous avons pris restent d’actualité. Qu’on n’entende aucun coup de feu pendant que vous êtes ici. Au nom de l’autodéfense, au nom de repousser des attaques, qu’on entende aucun coup de feu. Dès qu’il y a un coup de feu qui partira, on le saura et malheureusement vous serez obligés de vous séparer de nous ».

Notons qu’en dehors du M23, environ 47 groupes armés prennent part à ce troisième round du processus de Nairobi pour le retour de la paix dans l’Est de la RDC.

Dans l’entre-temps, en marge du démarrage des travaux du 3e round du processus de paix de Nairobi, auxquels participe le pays de Yoweri Museveni, plusieurs sources fustigent l’attitude de l’Ouganda, accusé de jouer un double jeu dans la crise qui sévit dans l’est de la RDC. En effet, le gouvernement ougandais est plusieurs fois accusé de soutenir la rébellion du M23 qui occupe plusieurs localités du territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). Du reste, après leur débâcle en 2013, les éléments du M23 avaient trouvé refuge en Ouganda, et d’autres au Rwanda.

Ces travaux du Processus de Nairobi III doivent officiellement durer jusqu’au samedi 3 décembre mais l’organisation évoque déjà une prolongation.

Lire aussi: Processus de Nairobi : les 87 derniers délégués sont arrivés à Nairobi