Consultations de Nairobi

Alors que le gouvernement congolais se montre réticent à prendre langue avec les terroristes du M23, les chefs des trois groupes armés locaux actifs dans la province de l’Ituri (CODECO, FRPI et FPIC), ont quitté Bunia, jeudi 24 novembre, pour participer à la 3eme tenue des assises du processus de paix de Nairobi au Kenya. Selon le point focal de ce processus en Ituri, Irène Vaweka, les membres des différentes communautés affectées par les conflits armés, les représentants des femmes et des jeunes ont également fait le déplacement pour participer à ces assises.

L’objectif de ces délégués de l’Ituri est de présenter leurs cahiers de doléances et apporter leur contribution dans la recherche de la paix dans cette province qui souffre des affres de la guerre depuis deux décennies.

C’est une délégation de plus de 30 personnes qui a quitté Bunia pour participer à Nairobi III.

Pour la première fois depuis le début de ce processus, les leaders du groupe armé CODECO sont également représentés à ces assises aux côtés des leaders d’autres milices actives en Ituri à savoir la Force de Résistance Patriotique de l’Ituri (FRPI) et le Front Patriotique et intégrationniste du Congo (FPIC).

Les membres des différentes communautés affectées par la guerre et certains leaders des structures féminines et de la jeunesse sont également conviés à cette rencontre.

Pour le point focal du processus de Nairobi en Ituri, Irène Vaweka, ces assises sont un cadre d’échanges avec les chefs d’Etats de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) pour apporter leurs contributions dans la recherche de solutions durables aux crises sécuritaires à l’est de la RDC.

Lire :  Ituri : Trafic suspendu momentanément sur l’axe Mambasa-Lolwa

Avant la rencontre de Nairobi, les délégués des communautés locales avaient participé à un conclave organisé le 14 novembre à Kinshasa par le facilitateur du processus de Nairobi, l’ancien président Kenyan Uhuru kenyata.

La rencontre de Nairobi III se tient dans un contexte où des voix s’élèvent en Ituri pour demander aux groupes armés locaux de respecter leur engagement de cessation des hostilités après les tueries cette semaine d’environ 34 personnes dans les territoires de Djugu et Mahagi.

Le transport de Bunia à Goma des représentants de l’Ituri aux assises de Nairobi a été assuré par la MONUSCO. Lire aussi: RDC : le M23 déclare ne pas être engagé par le cessez-le-feu annoncé à Luanda

Avec Radio Okapi.net