Le volcan Nyiragongo à Goma, Nord-Kivu en RDC

L’Observatoire volcanologique de Goma (OVG) a affirmé, dans un communiqué publié lundi 17 octobre à Goma, avoir enregistré au moins 16 séismes tectoniques, pour la plupart non ressentis, entre le 12 et le 16 octobre. Il rassure, tout de même que le niveau d’alerte reste jaune et il n’y a pas d’inquiétude.

Selon le directeur scientifique de l’OVG, Célestin Kasereka Mahindaces, ces séismes ont été localisés dans le champ des deux volcans, Nyiragongo et Nyamulagira.

Le Nyiragongo surplombant la ville de Goma au Nord-Kivu, en RDC

D’après lui, ces mouvements sont causés par le mouvement du magma dans la profondeur des deux volcans :

« Depuis la semaine passée, nous avons enregistré deux tremblements de terre, ressentis.  L’origine était Idjwi, c’était le 9 octobre. Le 11 il y a eu l’apparition d’un lac de Lave dans le cratère de Nyiragongo. Puisque chaque fois, quand il y a un mouvement des magmas, en profondeur, il y a la terre aussi qui bouge ».

Il rassure, tout de même que le niveau d’alerte reste jaune et il n’y a pas d’inquiétude :

« Il y a les tremblements de terres qui sont liés à ce mouvement là-bas, et au niveau des champs des volcans, nous avons deux différents types de tremblement de terre. Nous avons les tremblements de terre qui sont lié au magma que nous appelons longue période. Il y a d’autres qui sont bien sûr liés au magma, mais qui percent les fractures, que nous appelons les tremblements de terre volcaniques de type tectonique ».

Le directeur scientifique de l’OVG a enfin appelé la population à vaquer calmement à ses occupations :

« La nuit de samedi au dimanche, il y a un autre tremblement qui a été ressenti à Walikale sans faire de dégâts. Et donc, à ce stade, la population doit se sentir calme et vaquer librement à ses occupations. Le Nyiragongo et le Nyamulagira sont dans leur activité normale ». Lire aussi: Le volcan Nyiragongo se réveille, l’OVG alerte et appelle à la vigilance

Lire :  Conflit coutumier à Nyiragongo : l'Assemblée provinciale condamne l'ingérence du gouvernement central