Assemblée nationale RDC

Les députés nationaux ont adopté, au cours de la plénière de ce mardi 11 octobre, la mise en place d’une commission « spéciale » et « temporaire » pour auditionner les députés Delly Sesanga et Jean-Baptiste Kasekwa.

Ces derniers avaient soutenu les révélations de l’opposant Martin Fayulu sur les émoluments que perçoivent les députés nationaux congolais, 21.000 USD par mois.

Cette commission dont les membres n’ont pas été dévoilés a cinq jours pour travailler et présenter son rapport.

Interrogé au sortir du débat, le député national Ados Ndombasi n’a pas caché son mécontentement par rapport à cette procédure définitivement enclenchée. Pour lui, c’est la dictature. Il soutient aussi que le problème pourrait bien se résoudre au niveau du comité des sages de la chambre basse du parlement.

« Je suis triste. Vous savez dans ce pays, nous avons des choses plus importantes à traiter. En RDC, où il y a l’insécurité alimentaire et l’insécurité à l’Est du pays, deux collègues se sont exprimés. Nous sommes en démocratie, mais vous voyez aujourd’hui que toute une Assemblée nationale s’oppose à ces deux collègues qui se sont exprimés librement. Nous disons Non à la dictature qui est installée par le président Mboso au niveau de l’Assemblée nationale. Il y a un comité des sages qui est placé au niveau de l’Assemblée nationale, pourquoi une commission qui vient pour détruire les collègues ? Nous disons non. Je ne suis pas d’accord et je soutiens les honorables Sesanga et Jean-Baptiste Kasekwa », a-t-il déclaré. Lire aussi: Affaire 21.000 USD d’émoluments : une commission spéciale pour auditionner les députés Sesanga et Kasekwa

Lire :  Le quartier Kingabwa grand-monde se vide de ses habitants après la crue du fleuve Congo