RDC : Le colonel Sultani Makenga du M23 est-il mort ?

Selon le journaliste Christophe Rigaud de Afrikarabia, il y a de fortes Rumeurs autour de la mort de Sultani Makenga. Mais il n’y a « aucune confirmation sérieuse pour l’instant, mais une source sécuritaire nous confirme le décès du Colonel Youssouf Mboneza et de 3 autres officiers M23 après le bombardement d’un hélicoptère des FARDC », a écrit le journaliste sur Twitter.

Sultani Makenga (Gauche) en compagnie de ses collaborateurs du M23

D’autres sources ont rapporté la nouvelle sans la confirmer, évoquant toujours des « sources sécuritaires ».

Le colonel Sultani Makenga est le chef militaire du Mouvement du 23 mars, un groupe militaire rebelle basé dans les régions orientales de la République démocratique du Congo. Makenga est un Tutsi ethnique et a grandi au Sud-Kivu. Il a combattu pour le Front patriotique rwandais pendant la guerre civile rwandaise (Wikipédia)

En novembre 2012, Sultani Makenga et sa rébellion du Mouvement du 23-Mars (M23) faisaient trembler l’État congolais en prenant la ville de Goma (Est). Soutenu militairement par plusieurs pays d’Afrique australe, Kinshasa avait décrété une mobilisation générale contre cet ancien officier devenu l’ennemi public numéro un.

La rumeur de sa mort est-elle une fausse alerte ? Ce n’est pas la première fois que la rumeur de la mort de ce terroriste circule dans l’est de la RDC et des pays voisins.

Défait en 2013, Makenga avait fui en Ouganda. Sous le coup de sanctions onusiennes, il est retourné dans le maquis congolais au début de 2017 avec, selon les experts de l’ONU, environ 200 hommes. Cette tentative a fait long feu. Et, à moins d’un soutien extérieur, Makenga (44 ans), qui se cachait toujours dans la forêt, n’aurait plus les moyens de faire le coup de feu en RDC.

Lire :  Ituri : l'armée neutralise 7 éléments COODECO dans une opération au village Mbala

 « Makenga se trouve à Kampala ». Jusqu’à il y a quelques semaines, Makenga se trouvait à Kampala et ses ex-combattants du M23 y étaient toujours cantonnés à Bihanga (camp militaire situé dans l’ouest de l’Ouganda), avant la reprise des hostilités suite à un soutien du Rwanda, selon les autorités congolaises. Lire aussi: RDC : Bunagana aux mains des terroristes du M23

Leave a Reply

Your email address will not be published.