RDC/Finances : Afriland First Bank CD prête à rejoindre BIAC dans la faillite ?

La nouvelle de la faillite d’Afriland First Bank CD crée déjà le désespoir auprès des congolais, personnes physiques ou morales ayant souscrit à cet établissement de prêts exclusivement africains.

Depuis le début de cette semaine, les guichets de la banque a donné un plafond pour tout retrait de fonds.

Le mercredi 22 juin, nous avons vécu un événement malheureux, une foule importante des clients venus pour retrait de leur fonds ont souffert le chaud et le froid. Certains d’entre eux sont arrivés devant la banque à 6h, avec l’espoir d’être servis parmi les premiers et de bonne heure. D’autres étaient là au milieu de la journée croyant être servi à temps record. Mais personne n’a utilisé le temps voulu ni obtenir ce qu’elle voulait. Et, dommage ! Il a fallu attendre le véhicule de la Banque Centrale du Congo pour ravitailler Afriland First Bank CD.

Le montant ramené par la BCC étant insuffisant pour servir tout le monde, on a procédé à un plafonnement de sommes à retirer. Ceux qui voulaient retirer par exemple 5 000 dollars étaient contraints d’accepter de prendre la moitié, soit 2 500 dollars. La même règle s’est également appliquée pour les clients en franc Congolais. A un certain moment de l’après-midi-midi, soit vers 17h, il n’y avait plus de dollar et le guichet de la banque était obligé de demander à ceux qu’ils veulent qu’ils soient payés en franc Congolais de se manifester.

Personne ne pouvant rentrer mains vides après avoir passé toute une journée devant le guichet, tout le monde s’est précipité retirer ce qu’on lui proposait, avec une bonne quantité de coupures de 5 000 FC. En quittant la banque vers 18h, les clients étaient encore là.

Lire :  La BCC a noté une relative stabilité du marché de change

 Cherchant à connaître les causes qui seraient à la base de la situation tendant vers la faillite de la banque, la question reste pendante sur les lèvres de plus d’un client. Est-ce que le nouveau Conseil d’administration n’est pas à la hauteur de la tâche lui confiée par la Banque Centrale du Congo ?

De manière succincte, des sources rapportent que les bruits couraient déjà sur la gestion calamiteuse de cette banque où des politiques avaient des parts d’action importante leur conférant le pouvoir de puiser à tour des bras. Ce qui serait les conséquence de la faillite.

Malgré cela les décideurs doivent chercher à refermer la plaie béante et saignante. Ce syndrome autre fois à la BIAC puisse s’arrêter pour éviter la thésaurisation comme à une certaine époque sous le 2e régime. Suite à cette situation, la majorité de clients sur place à la direction générale parlent le même langage. « Vaut mieux retirer, même par tranche, pour vider mon compte avant qu’il soit trop tard. D’ailleurs il ne serait plus utile de venir placer l’argent dans mon compte jusqu’à ce que la situation va revenir stable », déclare Laurent.

Pendant le temps que nous avons passé devant le guichet de cette banque, personne n’est venue pour le dépôt de l’agent si ce n’était pas le retrait.

Gel Boumbe

Leave a Reply

Your email address will not be published.