Assemblée nationale : des députés de l’opposition invalidés pour absentéisme

L’assemblée nationale a invalidé mercredi après-midi les mandats de quelques députés nationaux, principalement de l’opposition, « pour absentéisme ».

 Il s’agit notamment des députés Henri Mova Sakanyi, Adolphe Muzito, Marie-Ange Mushobekwa, Luc Mulimbalimba et Papy Nyango.

Il y a quelques mois, le Président de L’assemblée nationale Christophe Mboso Nkodia Mpuanga, avait annoncé la mise sur pied d’une Commission parlementaire chargée de statuer sur l’absentéisme « non justifiée » de certains élus nationaux. Une initiative que l’opposition avait dénoncé comme une tentative de musellement des élus opposants au régime.

Réagissant à cette invalidation, la députée Marie-Ange Mushobekwa écrit dans twitter : « Je suis régulière aux plénières à l’AN et tout le monde le sait. Sauf lorsque je suis malade. Toutes mes absences ont été autorisées par le bureau et j’ai présenté toutes les pièces justificatives à la commission ad hoc. Mais la décision de m’invalider est venue de la présidence… Je tiens à souligner que mes soins médicaux à l’étranger ces trois derniers voyages étaient payés par l’AN. Quelle contradiction ! Et cela après vérification de mon dossier médical. Ce qui vient de se passer est un règlement des comptes. Quelqu’un m’a dit que mes tweets dérangent (…)

La majorité de mes collègues de l’Union sacrée présents dans la salle ont été scandalisés lorsqu’on a cité mon nom parce qu’ils me voient souvent aux plénières. Mon nom a été rajouté au manuscrit dans la salle après un coup de fil en provenance de la Présidence m’ont dit deux collègues (…) En janvier 2021 mon mari et mes deux fils étaient fortement frappés par Covid-19 et traités à la clinique diamant. J’avais dû être placée en isolement pendant 40 jrs. Tous les documents médicaux fiables ont été présentés à la commission ad hoc. Comment expliquer ce qui m’arrive ?». La députée FCC brandit pour preuve des ordre de mission signée par Christophe Mboso, président de l’Assemblée nationale.

Lire :  La garde de Mabunda restituée

Par ailleurs, plusieurs autres élus nationaux fustigent cette décision qu’ils qualifient d’illicite, car « la période considérée pour cette mesure est celle marquée par les restrictions Covid-19 où seuls 64 élus devaient siéger », déclarent-ils. Lire aussi: Assemblée nationale : les députés refusent de voter la loi d’habilitation

Leave a Reply

Your email address will not be published.