RDC : Envol de Sesanga a marché à Kinshasa pour dire non à la fraude électorale en 2023

Le député national Delly Sesanga, président du parti Envol et membre du G13, a décidé de prendre à bras le corps le problème de la réforme de la loi électorale. Ce jeudi 2 juin, plusieurs milliers de militants de son parti, auxquels se sont joints des membres d’associations telles que le Collectif le Congo Mérite Mieux/ ASBL, ont marché dans différentes rues de Kinshasa pour dénoncer la fraude électorale au scrutin prévu en 2023 en RDC.

Le Collectif Le Congo Mérite Mieux ASBL était de la partie

Cette marche a été organisée dans les districts de Tshangu, Mont Amba , Funa et Lukunga où les drapeaux d’Envol et des associations partenaires ont flotté dans les rues au rythme des fanfares qui ont agrémenté la manifestation.

Sur certains calicots, on pouvait lire « Telemela fraude électorale », ou encore « Rêvons grand pour le Congo, car il mérite mieux », sur le tronçon Rond-point Ngaba et Super Lemba.

Le Président du parti Envol a laissé son cabinet d’affaires pour être dans la rue avec ses militants. Delly Sesanga a marché de Rond-point Ngaba, dans une caravane motorisée, jusqu’à Super Lemba.

Dans son allocution au point de chute au Rond-point Super Lemba, il a insisté sur la publication des résultats des votes bureau par bureau. En effet, pour Envol, la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote reste l’unique panacée pour endiguer la crise post-électorale qui freine le décollage de la RDC.

Delly Sesanga a déploré le fait que cette disposition contenue dans la loi électorale soit écartée par l’Union Sacrée pour planifier la fraude électorale en 2023, faute de bilan.

Lire :  Assemblée provinciale de Kinshasa : Godé Mpoyi à nouveau déchu

Tout en apportant son soutien aux FARDC qui luttent pour défendre l’intégrité territoriale à l’est du pays, l’élu de Luiza estime que la solution à la guerre de l’est passe inéluctablement par une alternance avec des institutions sorties des élections crédibles en 2023.

« On ne doit pas dissocier la crise à l’est avec la gouvernance actuelle du pays », a conclu Delly Sesanga. Lire aussi: Assemblée nationale : les députés du G13 quittent la plénière pour manque de débat sur la loi électorale