François Beya

Le Collectif Free François Beya Kasonga a alerté sur l’intervention d’un commando de l’Agence nationale de renseignements (ANR) dans sa cellule à la prison de Makala. Mardi 3 mai, ce collectif qui continue à dénoncer les violations des droits humains dont est victime l’ancien conseiller spécial en matière de sécurité du Président Félix Tshisekedi, dit craindre « un assassinat ou un empoissonnement ».

 « Le Collectif Free François Beya Kasonga a pris connaissance de la descente illégale d’un commando formé d’agents de l’Agence nationale de Renseignements (ANR) et du Conseil national de Sécurité (CNS) dans la cellule de François Beya Kasonga à la prison de Makala (CPRK), aux alentours de 17 heures le dimanche 1er mai 2022. Il ressort des éléments reçus par le Collectif que le commando a été dirigé par le Colonel Jules Ngoy de l’ANR et composé de plusieurs autres agents cagoulés.

Le Collectif s’étonne de la survenance d’une intervention qui met en grave danger l’intégrité physique de François Beya Kasonga et qui constitue une énième violation des droits et libertés de ce dernier. Fort heureusement, François Beya Kasonga n’était pas dans sa cellule lors de l’intervention de ce commando.  Pourquoi l’ANR et le CNS agissent-ils encore dans le dossier Beya vu le dessaisissement de l’ANR et le transfert du dossier à l’Auditorat militaire ? Quelle fin ce commando visait-il ? L’élimination de François Beya Kasonga ? Un empoisonnement ? Un enlèvement vers une destination inconnue ? », s’interroge le collectif des défenseurs de droit humain qui soutient François Beya.

Le collectif craint une tentative d’assassinat

« Pour le Collectif, l’intervention du commando peut tout le moins être considéré comme une tentative d’assassinat de François Beya Kasonga. L’intention de nuire est manifeste dans ce cas, vu que le camouflage des agents afin de ne pas être identifiés. S’agissant d’agents de services de sécurité, ils devaient être lourdement armés. Ils ont, par ailleurs, procédé à une fouille de sa cellule, ce qui constitue une manœuvre frauduleuse aux fins de soustraire un certain nombre d’effets à François Beya Kasonga dont des livres. A cet égard, personne ne sait ce qu’ils auraient planté dans la cellule de François Beya Kasonga en son absence ».

Lire :  ONU Femmes/RDC pour plus d'implication des médias contre les violences basées sur le genre

Pour rappel, voici déjà près de trois mois que François Beya, ancien conseiller spécial du président Tshisekedi en matière de sécurité a été interpellé par l’ANR avant d’être transféré à la prison de Makala, sans le moindre jugement. Il lui est reproché d’avoir posé des actes d’atteinte à la sûreté de l’Etat, d’après une communication du porte-parole du chef de l’Etat, Kasongo Mwema Yamba Yamba. Par ailleurs, plusieurs de ses collaborateurs sont aussi détenus, certains à la prison militaire de Ndolo et d’autres en cavale. Lire aussi: RDC : Human Rescue dénonce la détention « illégale et irrégulière » de François Beya

Leave a Reply

Your email address will not be published.