Tshopo : Deux maladies virales, la mosaïque et la striure, menacent le manioc

La mosaïque et la striure, deux maladies virales menacent la culture du Manioc dans la province de la Tshopo. Au moment où le gouvernement de la république vient de prendre l’option de promouvoir la culture de cette plante, par la production de la farine de manioc panifiable, pour contrer les effets de la crise du blé, née de la guerre en Ukraine, l’un des plus gros producteurs mondiaux, cette nouvelle devrait être prise très au sérieux.

Traitement du manioc après récolte

En effet, la révélation a été faite par le professeur Godefroid Monde, Directeur Pays du projet WAVE. Il s’agit d’un projet de recherche et de surveillance épidémiologique des plantes en Afrique centrale et de l’ouest, rattaché à l’Institut Facultaire Agronomique de Yangambi (IFA/Yangambi). Il l’a fait savoir au cours d’un point de presser tenu le weekend dernier dans la cour du bâtiment administratif du projet Wave, dans la commune Makiso à Kisangani.

Consommé par plus de 800 millions de personnes, le manioc est l’aliment de base en RDC

Le manioc, aliment de base des congolais, consommé par plus de 800 millions de personnes au monde est donc menacé par deux principales maladies virales. Il s’agit de la mosaïque et de la striure brune. Ces maladies attaquent la feuille, la bouture et le tubercule du manioc.

Tubercule de manioc infecté

La mosaïque et la striure menacent le manioc

Elles rendent la vie difficile aux producteurs avec comme conséquence, la baisse de rendement, a indiqué à la presse le représentant-pays de Wave, le professeur Monde. Voilà pourquoi, a-t-il souligné, Wave a pris l’initiative d’intensifier la sensibilisation auprès des paysans afin de quitter le statut quo pour l’adoption d’une nouvelle méthode de l’utilisation du manioc dans la manière de planter.

Lire :  Tshopo : construction d’une centrale photovoltaïque

En ce, le professeur Monde avec son équipe propose le choix des boutures saines avant de planter et une fois constaté le jaunissement de la feuille, anticiper la récolte avant 12 mois.

Tubercules de manioc

Le mardi 19 avril le Gouverneur de la province de la Tshopo a lancé officiellement la campagne de sensibilisation quant à ce, avec pour thème « Ensemble, sauvons notre manioc ». Le gouverneur de province encourage l’initiative et promet l’accompagnement du gouvernement provincial. La campagne qui a commencé le 19 avril, et durera 4 jours. Après Kisangani, elle va se poursuivre sur trois axes : route Buta, le 20 avril, route Ituri, le 21 au PK 122, et le 22 avril sur la route Ubundu sur l’axe Wanierukula.

Farine de manioc

Une réaction rapide et efficace à la propagation de ces deux maladies virales qui affectent régulièrement et par intermittence la production du manioc sur le continent devrait être menée, pour permettre aux producteurs africains de se positionner en alternative à la crise de production du blé qui se profile, avec les effets de la guerre menée par la Russie en Ukraine. Lire aussi: RDC : le gouvernement veut contrer la crise des céréales grâce à la promotion de la farine de manioc panifiable

Claudine Amisi/Kisangani

Leave a Reply

Your email address will not be published.