8è conférence des gouverneur de province

Le président Félix Tshisekedi a lancé, ce mercredi 22 décembre, au Palais de la Nation, les travaux de la 8è session de conférence des gouverneurs de province sous le thème : « la stabilité dans la gouvernance des provinces, gage de la réussite du programme de développement communautaire à la base de 145 territoires ».

C’est la troisième rencontre du genre depuis son accession à la magistrature suprême, qui intervient cependant dans un contexte de cycle de conflits de gouvernance, après une cohabitation chaotique, des déchéances de certains exécutifs provinciaux, ainsi que de quelques membres des bureaux des organes délibérants.

14 provinces sur 26 déstabilisées par la destitution de leurs gouverneurs

« Sur les 26 provinces que compte la RDC, 14 ont connu la destitution de leurs gouverneurs par les Assemblées provinciales. Dans certaines provinces, les présidents des Assemblées provinciales ont aussi été démis de leurs fonctions. Cette valse de destitution ne constituait qu’un signe évident d’instabilité institutionnelle chronique empêchant surtout de mener à bien le programme de reconstruction ou de développement attendu par la population.

À titre d’exemple, il a été révélé que le nombre moyen des réunions tenues par ces Assemblées au cours d’une session de trois mois n’a pas excédé 10 et le nombre d’édits adoptés dans les matières ou ces Assemblées nous donnent l’ampleur et la qualité du travail législatif de nos députés provinciaux. Pire, usant de leur droit de voter la motion de défiance à l’encontre d’un ministre ou la motion de censure contre le gouvernement, les députés provinciaux semblent avoir perdu de vue le sens du suffrage de leurs électeurs pourtant les dispositifs constitutionnels et légaux prévoient plusieurs moyens d’informations et de contrôle à la disposition des députés provinciaux », a déploré Félix Tshisekedi dans son discours d’orientation.

Lire :  Eboulement de Kamituga : 18 corps retrouvés

Plusieurs recommandations attendues

Le chef d’Etat congolais a invité les participants à émettre des avis et formuler des recommandations pour arriver à la bonne cohabitation entre les Assemblées et exécutifs provinciaux, en vue de matérialiser son programme.

« Je vous invite au cours de cette 8e session à réfléchir et à donner des pistes de solution sur la manière dont les relations entre Assemblées et exécutifs provinciaux pourront être harmoniser en vue de garantir une mise en œuvre optimale du programme de développement local de nos 145 territoires. Le programme résulte de ma volonté politique de vaincre la pauvreté et les inégalités territoriales pour reléguer aux inefficacités des politiques de croissance trop pauvre engagées depuis de décennies en République Démocratique du Congo. Il est endossé au Plan National Stratégique de développement 2019-2023, au programme d’action du gouvernement 2021-2023 et au programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités. Il ne se substitue pas au programme gouvernemental mais en constitue un accélérateur », a-t-il précisé.

Félix Tshisekedi a souhaité que ces présentes assises servent de cadre pour baliser les voies et moyens légaux pouvant concourir à la stabilité des institutions provinciales : « Je ne saurai clore ce propos sans toutefois vous rappeler que sans la paix, la stabilité et la cohésion entre institutions et au sein des institutions quels que soient les efforts fournis le développement ne sera qu’un mythe. J’exhorte donc les participants à cette huitième session de la conférence des gouverneurs à proposer des recommandations dans le sens du renforcement des capacités et de fonction de planification et de gestion du développement des territoires ».

Lire :  Eliminatoires CHAN Algérie 2022 : 25 joueurs sur la liste de Otis Ngoma

Parvenir à une cohabitation entre les Assemblées provinciales et les exécutifs provinciaux

Le gouverneur de la ville province de Kinshasa Gentiny Ngobila, hôte de ces assises, a pour sa part invité ses collègues à s’approprier ces travaux en vue de parvenir à une cohabitation entre les Assemblées provinciales et les exécutifs provinciaux en vue de mieux mettre en œuvre le programme de développement à la base :

« Je considère que la huitième session de la conférence des gouverneurs est une occasion de réfléchir autour des pistes de solution à cet épineux problème. J’en appelle à l’appropriation individuelle et collective des travaux surtout que le contexte actuel s’y prête car le programme de développement communautaire à la base est, et sera en souffrance sans la stabilité dans la gouvernance de province ».

Pour rappel, la loi organique n° 08/015 du 07 octobre 2008 portant modalités d’organisation et de fonctionnement de la Conférence des gouverneurs de provinces reconnaît la conférence comme étant une instance de concertation et d’harmonisation entre le pouvoir exécutif national et les gouverneurs de province.

Elle a pour mission d’émettre des avis et de formuler des suggestions sur la politique à mener et sur la législation à édicter par la République.

Ces assises lancées ce jour vont se clôturer jeudi 23 décembre 2021, et plusieurs recommandations sont attendues. Lire aussi: Félix Tshisekedi convoque la première conférence des Gouverneurs