Tueries et violences à la Tshuapa : le Think Tank Interfédérales UDPS travaille pour le rétablissement de la paix

L’insécurité grandissante à Boende dans la province de la Tshuapa prend des allures inquiétantes. Pour tenter de sauver la population locale des tueries et violences à répétition dans cette partie de la République démocratique du Congo, le « Think Tank Interfédérales UDPS », un groupe de réflexion s’y penche déjà pour se rapprocher de la situation et trouver des solutions idoines.

A cet effet, le Conseiller Principal du Chef de l’Etat en Santé et Bien-être, Dr Bola Okolua Benjamin, a initié le vendredi 30 avril 2021, dans le cadre du « Think tank interfédérales UDPS », une réflexion et discussions sur la problématique de la crise et des tueries intercommunautaires dans la province de la Tshuapa, principalement dans la ville de Boende.

Cette séance de travail répond au programme du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo dans son axe de bonne gouvernance, dont le pilier 1 est la pacification, qui est le préalable pour le bien-être de la population.

Forte participation de l’interfédérale UDPS

Les membres suivants de l’Interfédérale ont participé aux réflexions du think tank ad hoc: Mr Litandi Jean Bedel (Conseiller au Collège Economie & Finance); Ir Lokango Jean Simon ( Conseiller au Collège Agriculture); Michée (UDPS interfédéral Grand Equateur/Grande Province Orientale); Me Lokuli (UDPS Interfédéral Grand Equateur/Tshuapa) ; Mr Pole Pole (UDPS Représentant interfédérale Grande Province Orientale); Mr Kitshinja ( Idem); Mr Fidèle(  Parlement debout de L’UDPS); Prof. Fidèle Baboto (interfédérale Grand Equateur- Grande P.O.); Ir Willy Ekofo, et les autres combattants de l’UDPS des autres interfédérales, experts du Groupe de réflexion « Think tank interfédérales UDPS ».

Le Think tank interfédérales UDPS en réunion

Préoccupé par la situation actuelle, le Dr Bola Benjamin n’est pas resté muet : « Dans la province de la Tshuapa à Boende, il y a eu des tueries et des violences intercommunautaires. Au niveau du « Think Tank Interfédérales UDPS », les experts se sont mis ensemble pour parler de ce conflit et trouver les voies et moyens pour la sortie de cette crise persistante. On a atteint le paroxysme avec l’assassinat des personnes. Nous avons réfléchi dans cette interfédérale-là, celle de Grand Equateur et Grande Province orientale qui a beaucoup travaillé. Nous avons réfléchi sur comment réaliser une gestion pacifique de ce conflit ».

Lire :  Sama Lukonde et ses "warriors" seront investis cette semaine avec ou sans les pétitionnaires

Le nœud du conflit…

Selon nos sources, ce conflit intercommunautaire dans la province de la Tshuapa est né des incompréhensions liées aux politiques. Le groupe de réflexion essaye dans la mesure du possible, de faire en sorte que la paix revienne dans cette région fortement perturbée par des tueries et violences de toutes sortes.

Le groupe de réflexion veut la paix non seulement sur toute la République, mais particulièrement dans des coins naissant des conflits. Il réfléchit sur la cause de ces conflits. Le Think Tank Interfédérales UDPS essaye de s’intéresser aussi aux conséquences immédiates de ces conflits. « Nous essayons d’anticiper les choses pour faire une mitigation de ces genres de catastrophe. Essayer de pacifier les gens, de les mettre ensemble malgré leurs divergences ou contradictions internes. Nous pensons que c’est la meilleure solution de se rapprocher d’une situation et de gérer ce conflit », assure le Dr Bola Benjamin. 

Dr Benjamin Bola Ikolua, Conseiller Principal du Chef de l’Etat en matière de Santé et Bien-être

Et de poursuivre : « Dès que le bien-être de la population est touché par une crise ou des tueries, on essaye de voir comment se rapprocher de ça. On va plus loin dans la santé mentale des populations qui est compromise. C’est tout un travail à faire avec les psychologues et d’autres spécialistes. On va vraiment appeler à la contribution des experts dans différents interdisciplinaires pour bien gérer le conflit pour éviter surtout de revivre ce qui se passe à l’Est de notre pays ».  

Pour rappel, le gouverneur de la province de la Tshuapa, Pancrace Boongo, avait déjà auparavant lancé un appel pour une assistance d’urgence aux victimes des affrontements meurtriers. Ceux-ci avaient opposé en janvier des membres des communautés bantous et pygmées dans le territoire de Monkoto. Une situation qui s’est aggravée à ce jour qui met la population de la province en état de crise.

Lire :  L’Assemblée nationale examine la mesure de prorogation de l’état d’urgence sanitaire ce jeudi

Armel Langanda

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.