Francs congolais

Faisant hebdomadairement le point sur l’évolution de la conjoncture économique, la Gouverneure de la Banque Centrale du Congo, Malangu Kabedi Mbuyi, a soutenu que le domaine demeure caractérisé, au plan national, par la poursuite de la stabilité du cadre macroéconomique sur fond de bonne coordination des politiques monétaire et budgétaire, mais en l’absence d’un choc majeur.

Malangu Kabedi-Mbuyi, Gouverneur de la BCC
Malangu Kabedi-Mbuyi, Gouverneur de la BCC

Selon l’argentière nationale, au cours de la première semaine du mois de décembre courant, l’indice des prix à la consommation est resté stable. Le taux d’inflation hebdomadaire s’est établi à 0,115% contre 0,112% la semaine précédente, portant le cumul annuel à 4,47%.

A ce rythme, précise-t- elle, l’inflation s’établirait à 5,2% à fin décembre 2021, contre un objectif de 7%.

Mme Malangu Kabedi soutien, bien qu’il est attesté par de faibles variations du taux de change sur les deux segments, le marché de change est resté globalement stable.

Dépréciation

En cumul annuel, le taux de dépréciation du Franc Congolais est de 1,37% à l’indicatif et de 0,86% au parallèle contre une perte de pouvoir d’achat de la monnaie de plus de 14% à la période correspondante en 2020.

Grace à la conclusion de la première Revue du Programme avec le Fonds Monétaire International, le prochain décaissement de la quotité d’appuis budgétaires prévu pourra également conforter la situation des réserves dont le niveau est déjà établi à 3,3 milliards de dollars américains correspondant à trois mois d’importations de biens et services.

Cambiste de rue
Bureau de change à Kinshasa

La Gouverneure de la BCC indique que le Gouvernement s’est engagé à accélérer les réformes retenues dans le cadre du Programme avec le Fonds Monétaire International (FMI) à l’effet de garantir une croissance inclusive et durable en République Démocratique du Congo.

Lire :  Le Coronavirus entraîne la BCC à prévoir une récession de l’économie de -1,9% d’ici à la fin 2020

L’économie exposée aux risques d’origine externe et interne

La patronne de la monnaie congolaise souligne aussi : « Bien que la reprise de l’économie mondiale se poursuit, la croissance du PIB mondiale devrait ralentir sur la durée, selon les statistiques de l’OCDE, à cause des risques importants qui continuent à peser sur cette économie, notamment les nouveaux variants plus contagieux de Covid-19, le rythme de la vaccination et l’efficacité des vaccins.

Par conséquent, notre économie demeure exposée à ces risques d’origine externe, mais aussi interne tels que le faible taux de couverture vaccinale et les pressions éventuelles sur la demande intérieure qui caractérisent historiquement le dernier trimestre de l’année marqué par la préparation des festivités de fin d’années ».

Recommandations

La Gouverneure Malangu Kabedi Muyi a recommandé le maintien de la coordination des politiques budgétaire et monétaire, la mise en application continue du pacte de stabilité, la poursuite de la gestion optimale de la liquidité et la mise en œuvre des réformes retenues dans le cadre du programme avec FMI.

Toutes ces recommandations étaient bien accueillies par le Conseil des Ministres qui a pris acte du rapport.

Gel Boumbe