Le Cardinal Ambongo et les envoyés du président Tshisekedi

Les congolais se sont réveillés ce mercredi matin avec des images inédites largement répandues sur les réseaux sociaux, montrant des caciques du régime Tshisekedi, à savoir le Conseiller spécial François Beya, les Présidents des deux Chambres Christophe Mboso et Modeste Bahati, ainsi que le Premier ministre Sama Lukonde, autour de l’archevêque de Kinshasa le Cardinal Fridolin Ambongo.

La photo de famille de cette rencontre largement relayée, indique que les interlocuteurs du jour ont discuté des bonnes relations qui ont toujours existé entre l’Eglise catholique et l’Etat congolais, en dépit des rumeurs fantaisistes que véhiculent régulièrement les réseaux sociaux. A en croire les vidéos qui circulent, le Cardinal a même déclaré à l’occasion que cette rencontre avec ses hôtes a permis de « clarifier les choses » et que les deux parties devaient ainsi « repartir sur de nouvelles bases ». Autrement dit, circulez, il n’y a rien à voir.

Rencontre cruciale

Sauf que cette rencontre d’hier soir, survient au moment où les relations entre le régime Tshisekedi sont au plus bas, avec la contestation du nouveau Président de la CENI, que les Eglise catholique et protestante contestent au motif qu’il serait un proche du Chef de l’Etat.

Elle survient aussi alors que le Président des laïcs catholiques (CALCC) Jean-Bosco Lalo, doit répondre ce mercredi d’une convocation devant le Parquet du Tribunal de Grande instance de la Gombe, « sur des faits infractionnels lui imputés ».

A la tête d’un mouvement dénommé « Bloc patriotique » qui regroupe tous ceux qui pensent pis que pendre du régime en place, à commencer par les opposants du FCC et de Lamuka, le CALCC et son pendant protestant le Milapro, étaient parvenus à mettre des dizaines de milliers des personnes dans les rues de Kinshasa le 13 novembre, et ont récidivé le lundi 22 novembre dernier, en organisant un sit-in devant le siège de la CENI en plein centre-ville, en dépit d’une interdiction de l’Hôtel de ville et du déploiement d’un impressionnant dispositif policier. Mieux, ces nouveaux croisés contre le régime en place ont annoncé une nouvelle manifestation de rue pour ce samedi 27novembre.

Pouvoir fébrile, risques de débordements populaires

Pour de nombreux observateurs à Kinshasa, la rencontre de mardi soir semble démontrer une certaine fébrilité du pouvoir en place face à des risques de débordements populaires, et une tentative de désamorcer au plus tôt, une exacerbation de la grogne sociale qui pourrait naître des appels répétés à la mobilisation populaire par la hiérarchie de l’Eglise catholique à travers ses laïcs.

Reste à savoir si quelque chose de positif pourra sortir de cette rencontre. La déclaration attendue de la Conférence des Évêques de la Cenco, en réunion depuis hier mardi, sera une première indication de la nouvelle orientation que pourrait prendre le cours des événements dans les semaines qui viennent. Lire aussi: Sit-in devant la CENI : le Président du CALCC convoqué par la justice

Leave a Reply

Your email address will not be published.