Enfants soldats

Cent vingt enfants, dont des vulnérables et des associés à des groupes armés ont été ramenés dans leurs familles par l’ASBL Union pour la paix et la promotion des droits de l’enfant au Congo (UPDECO) dans les localités et cités de Kiwanja, Rugari, Nyamilima, Kibirizi et Nyanzale, dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu), mardi 16 novembre

Dotés de kits de réinsertion, ces enfants ont été formés pour devenir à leur tour des encadreurs d’enfants en situation difficile. Commencé jeudi 11 novembre, ce travail de réinsertion qui a pris fin mardi a été précédé d’une formation de six mois à différents métiers.

« Quand il m’a dit maman, j’ai eu un travail où je peux trouver du savon. Là j’ai été contente. Comme tu n’as personne pour te soutenir, je pourrais te trouver du savon ou du sel dans les jours avenir », a témoigné une veuve qui vient de rencontrer son fils, ex-enfant soldat devenu coiffeur.

Le coordonnateur de l’UPDECO, Jacques Bulio, pense que la résilience communautaire reste la meilleure approche pour l’avenir. Car le nombre d’enfants en détresse est toujours en croissance. Mais, regrette-t-il, les fonds sont difficiles à trouver.

Avec l’appui de l’UNICEF, l’organisation locale UPDECO a déjà réunifié 4 585 enfants depuis 2013. Lire aussi: Butembo :Plus de 72 enfants enrôlés dans les groupes armés en 2020

Infocongo.net/Radiookapi.net

Lire :  Il y a moins de poissons dans le Lac Albert à Tchomia, en Ituri à cause de la surpêche