Delcat Idinco, Chanteur

Le procès qui oppose le ministère public à deux musiciens du territoire de Beni ont débuté lundi 15 novembre à Goma.

Le premier accusé dans cette affaire est Katembo Delphin alias Idengo, compositeur et chef de l’orchestre « Idengo Music » basé à Beni. Il est poursuivi par la justice pour trois chefs d’accusations à la suite d’un concert à Beni au mois de juin dernier, au cours duquel il avait exécuté la chanson « Ce n’est pas normal ». Selon l’organe de poursuite, le chanteur mettait en exergue l’incitation de la population à s’armer contre l’Etat, la démoralisation des FARDC engagées dans les opérations contre les ADF, mais aussi l’outrage aux forces de défense et de sécurité congolaises.

Le deuxième accusé dans le même procès, est le musicien Muyisa Nzanzu Makasi, arrêté à Kasindi à la frontière entre l’Ouganda et la RDC par les services de sécurité congolaise depuis le mois de juin dernier. Ce chanteur aurait chanté une chanson contenant des propos outrageants contre le président Félix Tshisekedi. C’était au cours d’un concert en Ouganda.

Au cours de cette première audience, le conseil des accusés a soulevé quelques exceptions, notamment celle de l’incompétence du tribunal militaire de garnison de Goma à juger ses clients.

Selon certains observateurs, si le tribunal s’en tient à ces exceptions, le procès court le risque de tirer en longueur pour son organisation matérielle.

Après un débat houleux entre les parties au procès, le tribunal a pris l’affaire en délibéré pour rendre sa décision dans un futur proche. Lire aussi: Nord Kivu : le commissaire provincial PNC réarme les troupes face aux messages du chanteur Delcat Idengo

Lire :  Nord-Kivu : L'église catholique sommée de s'acquitter d'une dette d'un diamant de 2 700 000$

Leave a Reply

Your email address will not be published.