Marche Lamuka

Premier signe prémonitoire d’une certaine fébrilité du pouvoir en place. Le Rapporteur du Bureau de l’Assemblée nationale a conseillé vendredi soir dans un communiqué diffusé sur le net, aux députés nationaux proches du régime de Kinshasa, de s’abstenir de sortir avec leurs nouvelles jeeps de marque Hyundai Palissade ce samedi 13 novembre, jour programmé pour une grande manifestation des forces sociales pour protester contre la nouvelle CENI, accusée de rouler pour le régime en place, contre la taxe RAM, et contre la dégradation continue des conditions de vie de la population.

La marche des forces sociales pourrait attirer du monde ce samedi

Dans la journée, le Gouverneur de la ville Gentiny Ngobila Mbaka, avait réuni les principaux initiateurs de la marche, les laïcs du CALCC (catholiques), et du Milapro(protestants), pour discuter des itinéraires de la marche, ainsi que des mesures sécuritaires à prendre. Une manifestation à laquelle se sont jointes toutes les forces politiques de l’opposition comme le FCC de Joseph Kabila, Lamuka de Martin Fayulu, ainsi des fidèles d’autres églises de réveil qui se sentent délaissés par le pouvoir en place.

Prévue sur trois axes différents et éloignés les uns des autres, cette marche dite des forces sociales, se veut selon ses organisateurs, comme un désaveu public et populaire du régime du Président Félix Tshisekedi, et a été précédée dans la semaine, d’une vaste campagne de sensibilisation à travers les 24 communes de Kinshasa, ainsi que dans les médias et les réseaux sociaux.

Les trois axes retenus, à savoir du Rond-point Terminus Lemba pour la partie est, Marché Selembao au Centre, et Kitambo-magasin pour l’Ouest, devraient ensuite converger vers le stade Tata Raphaël de la Commune centrale de Kalamu, où un meeting devrait clôturer en principe cette journée présentée comme citoyenne.

Lire :  Etat de siège : 13ème prolongation

 Comme par un hasard de calendrier, cette marche reportée une première fois, se tient à la fin d’une semaine qui a connue comme une explosion de lancement des titres des chansons de musique urbaine, plus toxiques les uns et les autres, vis-à-vis du régime en place. Lire aussi: CENI : CALCC et Milapro créent une nouvelle force avec 15 autres structures

Leave a Reply

Your email address will not be published.