RDC-état de siège : la barre de 1.000 morts franchie au Nord-Kivu et en Ituri

Plus de 1000 personnes ont déjà été tuées dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri pendant l’état de siège.

Ce bilan a été livré vendredi 29 octobre par le groupe d’Etude Groupe d’Etude sur le Congo (GEC) qui s’appuie sur les données récoltées par le Baromètre Sécuritaire du Kivu (KST).

« Cette semaine, les relevés du Baromètre Sécuritaire du Kivu ont franchi une barre tragique et symbolique : la mort de plus de 1.000 civils a été enregistrée au Nord-Kivu et en Ituri depuis l’instauration de l’état de siège dans ces deux provinces, le 6 mai dernier. Pourtant, tout laisse croire que le président Félix Tshisekedi va continuer à prolonger cette mesure pourquoi ? ».

Enfants soldats, membres des groupes armés

Cette organisation note que les attentes de l’état de siège n’ont pas été effectives, malgré des rapports y afférents.

« Et très peu moyens supplémentaires leur ont été fournis (à l’armée et à la police ndlr). Conséquence paradoxale : à l’exception notable du territoire de Djugu en Ituri, l’activité de l’armée congolaise sur le terrain a en réalité diminué depuis l’instauration de l’état de siège », a précisé le coordonnateur du Baromètre Sécuritaire du Kivu, Pierre Boisselet.

Sur terrain, les forces armées ont révélé que pendant l’état de siège, les tueries des civils ont sensiblement baissé. Lire aussi: Etat de siège : un échec total, selon l’UNC

Azarias Mokonzi/Beni

Lire :  Trois miliciens blessés lors de l’attaque d’un convoi des casques bleus à Lubero (Nord-Kivu)