Christophe Mboso, président Assemblée nationale

Dans une déclaration politique publiée ce vendredi 13 août soir à Kinshasa, Ensemble pour la République vient de réitérer sa position de n’envoyer aucun membre à la CENI. Les listes qui se trouvent au Bureau de Christophe Mboso soumises à la Commission mixte paritaire chargée d’examiner les candidatures ne comportent aucun nom d’un membre du parti cher à Moïse Katumbi.

Contrairement aux dispositions de la loi sur le CENI, la Commission mise sur pieds par le président Mboso n’est ni mixte, ni paritaire et encore moins représentative des forces politiques au sein de l’Assemblée nationale en l’absence de certaines composantes concernées.

Plénière Assemblée nationale

Mboso prend le risque de porter une lourde responsabilité

Selon Ensemble pour la République, l’attribution des postes au sein de « sa » CENI, le président Mboso ne fait aucun cas du poids politique respectif des différents groupes parlementaires qui composent la majorité. Le speaker de la chambre basse du Parlement ignore les observations de l’opposition politique déterminée à ne pas y désigner des membres, faute de consensus préalable. Par ailleurs, Mboso ne fait aucune place aux grandes confessions religieuses qui encadrent pourtant 80% des congolais dans la foi.

Les députés nationaux d’Ensemble pour la République, regroupés au sein de deux des groupes parlementaires parmi les plus significatifs à l’Assemblée nationale, MS-G7 et AMK & Alliés, qui représentent à eux deux près de 20% de la coalition dite de l’Union Sacrée, dénoncent sans réserve cette obstination à vouloir imposer une CENI aux ordres, ce qui aura inévitablement pour effet de conduire à un nouveau chaos électoral.

Ils rappellent par ailleurs la décision irrévocable de la famille politique « Ensemble », exprimée dans la déclaration politique du 30 juillet 2021, de ne pas déléguer de membre à la CENI en l’absence de consensus et du respect d’une procédure de désignation équitable et transparente. 

Ensemble, non partant

Ensemble pour la République dénonce et rejette catégoriquement toute idée d’y être représenté.

« En aucun cas, poursuit la déclaration, nous ne serons engagés par ses éventuels travaux. Dans le cas où un membre de l’un ou l’autre de nos deux groupes parlementaires venait à s’y retrouver, ce ne serait qu’à titre purement personnel ».

Par la même occasion, les députés nationaux d’Ensemble pour la République dénoncent l’activisme et les prises de position partisanes du président Mboso, ainsi que son alignement systématique derrière les intérêts d’une seule mouvance politique, faisant fi de la hauteur et de la dignité que requièrent ses fonctions à la tête de la représentation nationale.

Pour conclure, les élus nationaux d’Ensemble pour la République précisent que le speaker de la chambre basse prend le risque de porter une lourde responsabilité dans la montée des frustrations de la population face à cette nouvelle tentative de confiscation du processus électoral et de la démocratie en RDC.

Ladite déclaration est signée par les honorables Dénis Kashoba Kabonshi, Président du Groupe Parlementaire AMK & Alliés et Tania Mokolo Ndjoli, 1ère Vice-présidente du Groupe Parlementaire MS-G7. Lire aussi: CENI : Christophe Mboso préconise le passage en force

Gel Boumbe

Leave a Reply

Your email address will not be published.