Minembwe : le colonel déserteur FARDC Makanika accepte le dialogue

Le colonel déserteur des FARDC Michel Rukunda alias Makanika a exprimé sa volonté de rejoindre le dialogue à condition que ce dernier soit facilité uniquement par la MONUSCO, à Minembwe (Sud-Kivu), ont annoncé les leaders locaux et les notables de Minembwe, mercredi 9 juin à l’issue de plusieurs rencontres ciblées organisées depuis le week-end dernier dans la région.

Initiées par la section des affaires civiles de la MONUSCO, ces rencontres portent sur l’évaluation de la situation actuelle de protection des civils à Minembwe et dans ses environs.

Les notables Banyamulenge confirment avoir engagé leur communauté pour accroître la confiance et la collaboration avec les services de sécurité et principalement les FARDC. Ils ont demandé la facilitation de la MONUSCO pour soutenir les activités de gouvernance de la sécurité locale à Minembwe, au cours des rencontres organisées sur place.

Michel Rukunda Makanika prêt pour le dialogue

D’après Radio Okapi, des sources locales confirment ainsi que le colonel déserteur Michel Rukunda Makanika est maintenant prêt de s’engager dans la voie du dialogue, comme les autres seigneurs de guerre dans la région. Il attendait, d’après la même source locale, le changement à la tête du commandement de la 12e brigade de réaction rapide des FARDC qui est aujourd’hui commandé par le général de brigade Patrick Opia Mbondami. 

Depuis le mois de mai dernier, deux hauts officiers des FARDC dépêchés par l’Etat major général de l’armée ont initié le dialogue avec les groupes armés et les communautés locales en vue d’un programme de désengagement et de cohabitation pacifique.

Lire :  Tensions ethniques à Nyiragongo : Lebon Bazima Bakungu appelle à une cohabitation pacifique

La MONUSCO, à travers la section des affaires civiles, encourage les jeunes et les notables de Minembwe à continuer de sensibiliser les membres de leurs communautés à se dissocier du soutien aux groupes armés, à travailler au renforcement de la cohésion sociale, au renforcement des relations intercommunautaires et à la consolidation de la paix.

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.