Kinshasa : Inondation de la Rivière Gombe, l’Urbaniste Joel Kyana Basila donne des Pistes de solution

La pluie par essence est un agent naturel à la fois destructif et constructif. D’où, il appartient aux bénéficiaires de savoir se servir de ses eaux en les canalisant avec des ouvrages édictés par les besoins de la cause. Par conséquent, de sérieuses études pédologiques et topographiques devraient précéder l’érection d’un quelconque ouvrage.

Joel Kiana Basila
Joiel Kiana Basila, Urbaniste

Aussi, l’aménagement urbain doit intégrer les différents bassins versants et prendre en compte le niveau de la nappe phréatique (Gestion des eaux).

De ce fait, le système d’assainissement collectif (caniveaux, collecteurs, égouts,) est aussi fonction des études préalables notamment sur le débit des eaux de pluie (crue et étiage) et la production des eaux vannes par les habitants.

Les aménageurs veillent à ce que les eaux de pluie soient tout de suite (gérées) infiltrées au niveau de chaque parcelle. C’est la raison d’être du coefficient d’occupation du sol (COS) qui est voulu inférieur à 40% dans les zones résidentielles (C’est à dire, que lorsqu’on construit, la maison devrait occuper 40% de la parcelle) de manière que les jardins permettent cette infiltration aisée.

Dégâts des pluies à Kinshasa
Dégâts des pluies à Kinshasa

Aussi, il existe ce qu’on appelle les zones non aedificandi (définies dans le plan d’aménagement urbain) en fonction de leur vulnérabilité car elles sont non propices à l’habitat humain. Y construire sans préalable constitue un risque majeur.

Enfin, les lits majeurs de tous les cours d’eau sont frappés par des servitudes allant jusqu’à 20 m du lit mineur. Ces devraient aussi être inconstructibles.

Bref, les inondations, les érosions, les glissements de terrain autant que les embouteillages sont en majeur partie une conséquence de notre gouvernance urbaine.

Lire :  Kananga : Des chariots de la mairie pour l'évacuation des poubelles

Ne pas y veiller nous rend fragile et il est normal qu’il y ait des pertes en vies humaines si on n’y remédie pas.

Kyana Basila Joel, Urbaniste

Vice-Président de la Corporation des Urbanistes Congolais

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.