RDC-État de siège : les FARDC et la police soutenus par les députés des 26 provinces à l’Assemblée nationale

La plénière de mardi 11 mai 2021 a soulevé un tollé à l’Assemblée Nationale. Juste pendant la communication du président Mboso sur le soutien des députés nationaux à l’état de siège, aux FARDC et à la Police. Cette décision du speaker de la Chambre basse a suscité la divergence pour les uns et la convergence pour les autres.

Le président Mboso Nkodia Mpuanga a suspendu momentanément la séance pour 15 minutes, afin de donner aux caucus de chaque province l’occasion d’élaborer une déclaration de soutien à l’état de siège décrété par le Chef de l’État, aux FARDC et à la Police nationale congolaise.

Geneviève Inagosi contre la procédure

Madame Inagozi, député nationale membre du FCC, a ouvertement déclaré « en tant qu’élus nationaux, nous soutenons l’état de siège décrété par le Président de la République par son ordonnance, mais la procédure n’a pas respecté les textes qui régissent l’Assemblée nationale. Donc, il y a vice de procédure, la procédure utilisée par le président de la Chambre basse n’est pas réglementaire car, cela n’est pas repris dans le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale », a-t-elle dit.

Simon-Pierre du FCC, élu de Shabunda : « La procédure utilisée à cette plénière a tout gâché car, les Caucus provinciaux ne peuvent pas faire une déclaration de soutien à l’état de siège en lieu et place de l’ensemble des députés nationaux par la bouche de leur président. Le Premier ministre ou le ministre de la Défense devait passer devant les élus nationaux pour nous donner des explications claires sur l’opération, notamment les moyens mis à la disposition des FARDC et de la police nationale pour son aboutissement heureux », a déclaré cet élu de Shabunda.

Lire :  Ituri : L'armée neutralise 6 assaillants dans des affrontements à Nyakunde

Un autre député a précisé que l’ordonnance du Président de la République ne peut pas faire appel au soutien et à l’interprétation à l’Assemblée nationale. « La procédure demande que le ministre de la Défense se présente à l’hémicycle pour donner aux représentants du peuple que nous sommes, les explications du déroulement de l’opération en déterminant les moyens financiers, matériels et humains mis à la disposition des FARDC, de la Police et des services de renseignements. Nous devons aussi connaître qui en est le répondant », a-t-il dit.

Soutien des députés des 26 provinces

A partir de 14h30, les représentants des Caucus de toutes les provinces ont défilé à la tribune pour lire leurs déclarations.

Suivant l’ordre alphabétique, la province du Bas Uélé a donné le ton en déclarant son soutien indéfectible à l’état de siège, aux FARDC et à la Police nationale ainsi qu’aux services de renseignements engagés sur le terrain.

Équateur, Haut-Lomami, Haut-Uélé, Ituri, Kasaï, Kasaï Central, Kasaï Oriental, Kinshasa, Kongo Central, Kwango, Kwilu, Lomami, Lualaba, Maindombe, Maniema, Mongala, Nork-Kivu, Nord-Ubangi, Sankuru, Sud-Kivu, Sud-Ubangi, Tanganyika, Tshopo et Tshuapa ont convergé, dans leurs déclarations, en soutenant l’état de siège ainsi que l’opération sur le terrain.

Sur les 26 provinces, 3 femmes ont pris la parole au nom de leurs Caucus et 23 autres intervenants n’étaient que des hommes. Parmi les déclarations, une dizaine ont demandé au Gouvernement de mettre des moyens conséquents à l’opération pour en finir une fois pour toute avec ces tueurs.

Tshopo province martyre

La province de la Tshopo a déclaré avoir donné au pays son digne fils, le Général Bahumba Ambamba Jean-Lucien, d’heureuse mémoire, qui a versé son sang pour défendre la nation congolaise, sans oublier le Colonel Mamadu Ndala de l’Ituri. Cela montre que la Tshopo a toujours été prête pour la défense de l’intégrité nationale, lié parle sort à leurs frères et sœurs de l’Ituri et du Nord-Kivu.

Lire :  Le député Henri-Thomas Lokondo est décédé

Déclaration du président Mboso Christophe : « Merci pour votre soutien à l’état de siège initié par le Président de la République, à nos forces armées, à la police et aux services de sécurité de notre pays. Restons unis et solidaires, notre pays connaitra la paix et nous irons de victoire en victoires », a dit le speaker de la Chambre basse du parlement.

Il a par ailleurs informé les députés nationaux de la répartition des 55 Commissions de l’Assemblée nationale dont 43 sont données à la Majorité (Union Sacrée de la Nation) et 12 postes à l’Opposition. Il a demandé aux deux parties d’envoyer les noms de ceux qui vont animer lesdites Commissions au plus tard ce mercredi 12 mai pour qu’elles soient validées.

Gel Boumbe

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.