Emmanuel Kabuyaya

Les réactions fusent de partout en province du Nord-Kivu après que le président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso N’Kodia Pwanga ait interpellé les élus originaires de l’Est de la République Démocratique du Congo le lundi 29 mars à l’ouverture de la plénière au sujet des rapports que certains d’entre eux entretiennent sur les violences dans la région de Beni. 

Si pour certains élus, les propos de Christophe Mbosso  ne vont pas aider Beni à recouvrer la paix et la sécurité, d’autres par contre pensent que le président de l’Assemblée nationale Christophe Mbosso  a dit la vérité et il ne faut pas qu’on lui fasse fermer la bouche. 

C’est le cas de l’élu de Lubero, Emmanuel Kabuyaya, qui appelle le président de la République à prendre au sérieux ce qu’a dit Christophe Mbosso car il peut y avoir des éléments qui peuvent aider à restaurer l’autorité de l’Etat à l’est du pays, où les groupes armés règnent en maître. 

nous sommes surpris et heureux de voir que le président de l’Assemblée nationale ait parlé de la situation d’insécurité à Beni. Une situation qui endeuille tous les Congolais. Aujourd’hui nous venons de trouver un compatriote qui en parle. Que celui qui est impliqué soit arrêté ” déclare l’élu de Lubero, Emmanuel Kabuyaya. 

Pour cet élu, ce n’est pas normal que jusqu’aujourd’hui la guerre continue à exister au Nord-Kivu particulièrement à Beni, alors que les gens dénoncent du jour au lendemain ceux qui entretiennent des relations avec les groupes armés, étant fils du terroir. 

Il appelle les autorités ayant en charge la sécurité à suivre la piste du président de l’Assemblée nationale Christophe Mbosso. Sinon la guerre va persister jusqu’au point de perdre tous les citoyens dans la région de Beni. Lire aussi: Assemblée nationale : 11 Commissions sur 16 sous contrôle de l’Union sacrée

Lire :  Rentrée au Sénat, Thambwe Mwamba prône la cohésion nationale

Amour Imani Christian 

Leave a Reply

Your email address will not be published.