Kalev Mutond

La résidence de l’ancien patron de l’Agence nationale des renseignements (ANR), Kalev Mutond, située au quartier Joli Parc, à Binza Ma Campagne, dans la commune de Ngaliema, et celle de sa fille ont été encerclées par la police, le jeudi 11 mars à 3 heures du matin. 

Mais les trois jeeps de la Police étaient réparties avant l’arrivée d’éventuels témoins. 

Refus de se présenter

On se souviendra que Kalev Mutond a été convoqué à deux reprises par les instances judiciaires du pays, sans daigner répondre aux invitations, préférant engager un bras de fer avec la justice, d’abord par une sortie médiatique sur radio Okapi et ensuite, par une lettre adressée au Procureur Général de Parquet près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe. La hiérarchie de cette juridiction aurait autorisé au magistrat d’instruction du dossier d’envoyer un mandat d’amener pour quérir l’ancienne barbouze en chef.  

Deux mandats à sa charge

Kalev Mutond a affirmé que sa résidence a été perquisitionnée aux alentours de 5 heures du matin par des policiers lourdement armés. Il affirme que les policiers ont rencontré sa fille, la députée nationale Isabelle Ihemba Kayombo, avec qui il partage ladite résidence. 

Il affirme que les policiers ont présenté à sa fille deux mandats d’arrêt signés par le même magistrat qu’il a récusé. 

« Ils ont présenté à ma fille, deux mandats dont l’un de perquisition et l’autre d’amener, signés le 10 mars 2021, toujours par le même Magistrat, l’Avocat Général Robert Kumbu Phanzu, que j’ai déjà récusé par ma lettre du 8 mars 2021, réceptionnée au Parquet Général de Kinshasa/Gombe le même jour !“, explique l’ancien patron de l’ANR. 

Lire :  La police disperse sans ménagement des militants de Lamuka à Kinshasa

Il a par ailleurs ajouté : “Ma fille a donc accepté d’accompagner ces Policiers perquisitionner dans mon grand bureau privé derrière, dans tous les véhicules, dans la grande maison, et dans les deux résidences secondaires, contiguës à celle principale », a-t-il dit.  

Il veut la suite réservée a à sa lettre

L’ancien AG de l’ANR a, par la même occasion, souligné que ses avocats sont derrière le dossier.  

“Mes avocats se sont rendus ce même jeudi au Parquet afin de retirer les copies de deux mandats d’arrêts que les policiers n’ont pas voulu laisser à ma fille, et se renseigner sur la suite réservée à ma lettre du 6 mars 2021, récusant le magistrat qui instruit son dossier, conformément à l’Article 59, de la Loi organique portant Organisation, fonctionnement et compétences des Juridictions de l’Ordre judiciaire“, a-t-il souligné.   

Gel Boumbe