La RDC a réceptionné le premier lot de vaccin covid-19

La RDC a réceptionné ce soir, mardi 02 mars 2021 à l’aéroport international de N’djili, de Kinshasa, ses 1,7 millions de doses de vaccins de COVID-19 à travers le mécanisme COVAX.

La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de la Santé, Eteni Longondo, et son collègue de la Communication et Médias, Jolino Makelele.

Le premier lot de vaccin Covid-19 réceptionné par les ministres de la Santé et de la Communication et Médias

C’est un total 6,9 millions de doses de vaccin que le pays doit recevoir, dans le cadre du programme Covax. Cependant, leur répartition au profit de la population n’est pas encore connue.

L’arrivée de ce vaccin avait été annoncée samedi 27 février à Kinshasa au cours de l’atelier organisé par le Programme élargi de vaccination, sous l’encadrement du ministère de la Santé, sur la mise en place des stratégies de communication pour l’introduction du vaccin contre la pandémie.

A cette occasion, le directeur du Programme élargi de vaccination, Elisabeth Mukamba, a indiqué que la première campagne de vaccination visera le personnel soignant, les personnes âgées et celles présentant un haut risque notamment une comorbidité Covid- hypertension- diabète.

« Nous nous sommes réunis pour échanger et trouver un consensus sur la manière dont l’un des axes pour la lutte contre la Covid va être intégré dans le système de santé. Cet axe c’est la vaccination contre la maladie à coronavirus. Donc, c’était essentiellement retenir le genre de site de vaccination, comment on va les implanter en RDC, comment au niveau du site les tâches seront réparties, comment on va identifier les cibles prioritaires », a-t-elle expliqué.

Elle a également précisé que ce n’est pas tout le monde qui va bénéficier de cette vaccination:

Lire :  Covid-19 : Matadi sera en confinement de vendredi 22 à dimanche 24 mai

« D’abord, ce n’est pas une vaccination qui est obligatoire. Mais, il y a des personnes qui sont des personnes à risque. A risque de développer des formes sévères et même mourir de la maladie. Et c’est prioritairement, ces personnes-là que nous ciblons. Le personnel de santé qui est chaque jour en contact avec les malades, les personnes âgées et les personnes qui vivent avec comorbidité. Voilà, il fallait maintenant qu’on définisse comment on va pouvoir vacciner ces personnes ».

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.