Beni : Malgré la menace terroriste, les fidèles chrétiens étaient présents aux messes

A Beni, au Nord-Kivu, en dépit de la menace terroriste qui pesait sur la ville, selon l’alerte lancé par l’Ambassade des USA à Kinshasa, plusieurs chrétiens ont bravé la peur et célébré la naissance de Jésus Christ, même dans les quartiers où la mort chante l’hymne presque chaque jour. Lire aussi: L’ambassade des USA alerte sur une menace terroriste contre Beni pendant la célébration de Noël

Dans la ville martyre du Nord-Kivu, la première et la dernière messe ont débuté aux heures prévues. La menace terroriste n’a pas empêché ces fidèles de se rendre dans leurs églises respectives pour implorer le nom du seigneur.

A la paroisse catholique saint Gustave de Paida, située dans une zone en proie à l’insécurité, plusieurs chrétiens ont été présents à la messe pour commémorer cette journée « nous savons qu’avec le Christ rien n’est impossible, nous n’avions pas subi de menace parce que nous savions qu’avec son sang, il nous a racheté, c’est ainsi que nous sommes en train de très bien célébrer la messe d’aujourd’hui », a déclaré un chrétien qui assistait à la messe.

Braver la menace terroriste

« Ces alertes ne visaient qu’à décourager les chrétiens », dénonçait un autre fidèle qui précise que malgré toutes ces menaces les chrétiens ont mis Dieu à la première position et ont bravé la peur « nous n’avons pas eu peur parce que moi-même je suis arrivé ici à 5 heures, pour participer à la messe ».

Les éléments des forces de l’ordre ont été déployés dans plusieurs enceintes des églises en vue de prévenir des éventualités.

Lire :  Beni: pleurs et désolation après l'assassinat d'au moins 3 personnes à Rwangoma

Cette mesure est saluée par un autre fidèle qui a requis l’anonymat, et a appelé la population à persévérer dans la prière pour libérer la région de Beni de ce gouffre dans lequel elle est enfouie.

Cependant, non seulement la ville est sous menace sécuritaire, mais aussi sanitaire. Le constat sur place révèle que des mesures sanitaires n’ont pas tellement été respectées, notamment la distanciation sociale et le port du masque. Certains chrétiens qui à l’entrée de l’église étaient en possession de leur masque, une fois à l’intérieur souhaitaient le mettre en poche.

La messe s’est clôturée par la bénédiction des autorités ecclésiastiques et n’a connu aucune faille sécuritaire.

Azarias Mokonzi/Beni

Leave a Reply

Your email address will not be published.