La direction politique du FCC en retraite politique à Safari Beach

Le Fcc prend acte de la décision du Président Félix Tshisekedi de mettre fin à la coalition, et a demandé à son partenaire Cach de « tirer toutes les conséquences » de la décision de son autorité morale, en demandant la démission de ses membres du Gouvernement. Lire aussi: Félix Tshisekedi retire sa confiance au Gouvernement

Au terme de sa conférence des présidents tenue lundi à Kinshasa, le Fcc a réaffirmé la détention de sa majorité au Parlement, et a invité sa propre autorité morale Joseph Kabila « à donner à son tour sa part de vérité », concernant la crise actuelle. Lire aussi: Ni coalition, ni cohabitation, mais un Informateur

« La décision de nommer un Informateur, là où existe un Gouvernement de plein exercice avec une majorité confortable, constitue une violation intentionnelle de la Constitution », précise la déclaration.

Le Fcc s’est par ailleurs dit prêt à faire échec à toute tentative de coup d’État constitutionnel, accusant au passage le Cach d’utiliser les moyens d’Etat pour chercher à asseoir une dictature au pays.

Lire :  Félix Tshisekedi: le long chemin d'un parcours piégé