La synergie de mouvements écocitoyens défend le droit exclusif de peuples autonomes

La synergie de mouvements écocitoyens s’est prononcée en faveur du droit exclusif des peuples autonomes. C’était à l’occasion de la journée d’ouverture de la 2ème édition du Festival international Génie Vert, qui a débuté ce lundi 02 novembre, au Musée national, qui va se dérouler jusqu’à 04 novembre, au lieu- dit, pour finir en beauté par une soirée de gala et remise du prix Flamme Verte, à l’ hôtel Béatrice à Gombe.

Deux ONG militant pour le retour des peuples autonomes dans leurs concessions forestières naturelles, partout où ils trouvent au pays, de se sentir à l’aise, comme un peuple parmi nombreux dans la liste qui abondent le pays de Lumumba.

En effet, le réseau des population autochtones pour la gestion des écosystèmes forestier, Repalef, du coordinateur Keddy Bosulu et, Environnement ressources naturelles et développement, en sigle ERND, dirigée par madame Annie Mbombo, ont constitué un seul bloc pour dire tout haut les desiderata des peuples autochtones, considérés comme premiers occupants de la Cuvette centrale.

Ce troisième panel, des experts en la matière appelle l’ État congolais à légiférer et vulgariser une loi portant la protection et le droit des peuples autochtones.

Madame, Annie Mbombo dans son allocution, interpelle l’ICCNN de porter un regard joyeux et galant à l’ égard de ces peuples, qui se trouvent à Kahuzi Bienga, au Grand équateur, Inongo, et partout au pays, qu’elle défend mordicus pour leur reconnaissance comme un peuple symbolique dans l’ histoire du pays.

Cependant, maître Keddy Bosulu, de son côté, a révélé à l’auditoire le génie de la pharmacopée des peuples autochtones, leur sagacité, leur intuition à trouver les arbres médicinaux, pouvant contribuer comme une astuce dans le patrimoine culturel du pays.

Lire :  Koffi Olomide brièvement interpellé à Kinshasa

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.