Le gouverneur du Nord-Kivu promet de résoudre les problèmes de criminalité à Goma dans 4 jours

Les problèmes sécuritaires, des limites et de développements ont réuni autour d’une même table le gouverneur de la province du Nord-Kivu Carly Nzanzu kasivita et différentes couches sociales au quartier Ndosho, dans la partie ouest de la ville volcanique de Goma ( Nord-Kivu), vendredi 23 octobre 2020

Cette réunion concernait les quartiers Ndosho, Kieshero, Lac vert et Mugunga, quatre quartiers considérés aujourd’hui comme le centre de la criminalité urbaine.

La société civile du quartier Ndosho et les participants ont soumis leurs doléances à la première autorité provinciale du Nord-Kivu, et le gouverneur leur a promis une solution dans quatre jours seulement.

4 jours pour tenir la promesse darrêter la criminalité urbaine à Goma

« Il a promis mettre de fin à toutes les maisons de tolérances, il a promis de trouver une solution favorable à cette plantation des arbustes qu’on est en train de prendre comme grand bastion des bandits, qu’on est en train de prendre pour une maison des inciviques, une maison des criminels, il a promis de réarrêté encore une fois ceux-là qui ont été libérés à la prison centrale de Munzenze, et ce dernier temps les mêmes causes continuent à produire les mêmes effets, il a promis de réhabiliter dans une semaine ce tronçon routier qui semblerait être abandonné, alors que c’est 900 m seulement », a fait savoir à infocongo.net, Claude Rugo, président de la société civile de Ndosho

Ces forces vives promet de suivre après quatre jours le numéro un du Nord-Kivu à son bureau en cas de non-matérialisation de sa promesse :

« Si une fois les quatre jours passent sans qu’il y ait quelques faisabilités, quelques pratiques sur terrain, nous enfants souffrant de Ndosho, Mugunga, Kieshero et Lac vert, nous irons chez le gouverneur pour lui dire : monsieur le gouverneur vous nous avez donné quatre jours comme promesse, mais jusqu’à présent rien ne va, et j’espère qu’il a dit qu’il n’est pas théoricien, mais plutôt il est praticien. Nous attendons la matérialisation de ces promesses, car trop, c’est trop ! Nous avons besoin de la paix », ajoute Claude Rugo

Lire :  Beni : plus de 917 civils tués depuis le début des opérations (CEPADHO)

Notons que ces derniers jours les quartiers Ndosho, Mugunga, Lac vert et Kieshero sont l’épicentre de l’insécurité dans la ville de Goma.

Yannick Warangasi/ Goma

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.