A Lubao (Lomami), la population s’inquiète de la présence d’un cheptel bovin non identifié

La société civile de Lubao, à près de 200 km de Kabinda dans la province de Lomami s’inquiète de la présence d’éleveurs de vaches dans quelques localités de leur territoire.  Selon nos confrères de radio Okapi, ces éleveurs, venus depuis un mois avec leur cheptel bovin, se sont installés dans les localités de Kilulu, à 12 km, à Kabi, à plus ou moins 30 km de la cité de Lubao et d’autres localités voisines de la province du Maniema et du Sud-Kivu. Déjà, quelques champs des paysans sont ravagés par ces bêtes.

« Les bêtes ont commencé à ravager les aliments et les histoires pour les villages voisins. On ne peut pas héberger les animaux en provenance de l’est. Nous ne connaissons même pas la qualité de ces gens », a témoigné le président de la société civile de Lubao, Crispin Lomami. Il considère cette présence comme une occupation illégale et appelle les autorités à s’impliquer dans ce dossier :

Eleveurs armés?

« La plupart d’entre eux sont des militaires. C’est ce qui s’est passé dans l’ex-Province Orientale, avec les Mbororo. Nous sommes la partie la plus enclavée. A Kikulu vers Samba, ils sont à 12 km, à Kabi, 30 km, à Lukungu 12 km, à la traversée à Makolo 15 km partout là. Nous souvenons du problème du RCD, il y avait une base arrière ici à Lubao. Ce sont les gens qui font la colonie de de dépeuplement. Quand ils arrivent, ils se présentent, la nuit ils sont 10, le lendemain il y a 20, alors jusqu’à ce que nous soyons envahis. Ce ça le problème. Ici, je suis en train de dénoncer. »

Lire :  Les Mbororo assiègent le nord du territoire congolais

Pour lui, « ces gens-là doivent quitter (…), ça fait plus d’un mois ! Maintenant, ils font des résidences parce qu’ils ont distribué l’argent par-là partout. »

On se souviendra qu’un mouvement de panique s’était déjà observé au mois d’avril au sein de la population de Kongolo, dans la province de Tanganyika.

Eleveurs Mbororo au nord de la RDC

Provenance inconnue, déplacement non contrôlé

A la base, l’annonce de l’arrivée dans cette localité d’un cheptel de bovins estimé à près de 400 bêtes. Approché à l’époque par la presse, l’administrateur du territoire de Kongolo, Dr Clément Kyanga Ramazani, avait déclaré que ces bêtes auraient été à une vingtaine de Km de Kongolo-centre seraient en partance pour la ville de Mbuji-Mayi, au Kasaï-Oriental.

« Envahir le territoire, c’est trop dire. Moi, on m’a informé que ces vaches ont dépassé Lengwe, il y a à peu près une semaine. Alors, ils ont quitté Mbulula pour ici. Ils ne sont pas encore arrivés à Kongolo. Les vaches seraient à May ya Moto, environ 18 Km du pont. On a dénombré les vaches, 364, on m’a communiqué, j’ai communiqué à la hiérarchie. D’après les gens de Mbulula, ces vaches vont à Mbuji-Mayi », avait-il déclaré.

La localité de Kongolo est distante de 590,2 Km de Mbuji-Mayi. L’opinion s’étonne toujours que des éleveurs non identifiés puissent parcourir d’aussi grandes distance sur le territoire congolais sans rencontrer la moindre réaction des autorités, et s’installer où bon leur semble. Un cas similaire est actuellement à la base de l’insécurité en Ituri et dans le Haut-Uélé avec les éleveurs Mbororo, armés qui ont envahi le nord de la RDC.

Lire :  Goma : Autorités et jeunes ensemble contre l'insécurité et les justices populaires

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.