Jean-Claude Vuemba, nouveau président de l’assemblée provinciale du Kongo Central

Jean-Claude Vuemba a été élu président de l’Assemblée provinciale du Kongo central. Candidat unique à ce poste pour la succession de Pierre Anatole Matusila, c’est sans surprise qu’il prend la tête de l’organe délibérant de cette province.

Jean-Claude Vuemba et Nimi Mbumba ont été élus, mardi 6 octobre, respectivement président et vice-président de l’assemblée provinciale. Ils succèdent ainsi à Pierre Anatole Matusila et Edmond Luzolo lwa Nganga Ces derniers ont été destitués le 2 octobre par 25 députés, sur les 37 qui composent actuellement l’organe délibérant du Kongo-Central.

Assemblée provinciale du Kongo central, à Matadi

Les 25 députés provinciaux présents à la plénière ont élu les remplaçants de Pierre Anatole Matusila et d’Edmond Luzolo lwa Nganga dans un climat apaisé sous la direction de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Promesses de Vuemba

Prenant la parole juste après sa proclamation comme président de l’assemblée provinciale, Jean-Claude Vuemba a annoncé la fin de la crise institutionnelle au Kongo-Central. Il a notamment promis le retour de la paix et de la cohésion dans la province.

Entouré par des jeunes matadiens dès sa sortie de l’hémicycle, le nouveau président de l’assemblée provinciale a également promis de peser de son poids pour que les jeunes de la province accèdent à davantage d’emplois.

Il a aussitôt convoqué une réunion avec les autres membres du bureau pour statuer sur la date probable de la tenue d’une plénière ainsi que de la matière à traiter.

Matusila muet

Pierre Anatole Matusila, alors président de l’Assemblée provinciale du Kongo central

M. Matusila, qui avait contesté sa destitution, n’a pas encore réagi à cette élection.

L’avènement de Mvuemba à la tête de l’Assemblée provinciale du Kongo central met fin à une crise interne au sein de cette institution, qui prenait des allures de vaudeville.

Lire :  A peine réhabilité, Atou Matubuana écarte son intérimaire en toute "logique"

En effet, sur ordres du président de l’assemblée provinciale du Kongo Central, Pierre Anatole Matusila, les ajusteurs avaient soudé toutes les portes de la salle de plénière, lundi 5 octobre à Matadi.  

Le vaudeville de l’Assemblée provinciale du Kongo Central

Pour la petite histoire, à peine rentrés de Kinshasa pour prendre part à la cérémonie solennelle consacrant la rentrée parlementaire de la session de septembre, les députés provinciaux du Kongo Central avaient été surpris par le communiqué publié mardi 29 septembre tard dans la soirée par Pierre-Anatole Matusila, annonçant l’ouverture de la session mais sans plénière.

Le communiqué précisait que les députés provinciaux seraient chaque fois informés des dates des prochaines plénières de cette session, qui est essentiellement budgétaire. 

Anatole Matusila argumentait cette décision par la situation socio-économique qui prévaut dans la province, qu’il estimait « connue de tous. » 

Les députés provinciaux qui soutiennent le gouverneur Atou Matubuana avaient tout de même fini par accéder au siège de l’Assemblée provinciale, en exerçant une forte pression sur les forces de l’ordre qui étaient déployées sur toutes les issues.

L’ultimatum

Après une brève concertation entre eux dans la salle des plénières, Jean-Claude Vuemba, parlant au nom de ses collègues, avait lancé un ultimatum au président de l’Assemblée provinciale, l’invitant à convoquer la plénière dans 48 heures. Faute de quoi, ils tireraient toutes les conséquences.

Devant l’entêtement de Matusila, les vingt-cinq députés provinciaux pro-Matubuana avaient donc été obligés de délocaliser la plénière de mardi 6 octobre, consacrée au vote d’un nouveau président.  

Ils avaient ainsi déchu vendredi 2 octobre Pierre Anatole Matusila et Edmond Luzolo lwa Nganga, pour abandon de poste sans raison valable le 30 septembre dernier, jour de la rentrée parlementaire. 

Lire :  CENI : Christopher Ngoy désigné candidat président par ses pairs

Toutes les voies menant à l’assemblée provinciale du Kongo Central ayant été verrouillées mercredi 30 septembre à l’aide d’un important dispositif sécuritaire, les députés provinciaux fidèles au gouverneur Matubuana y ont quand même accédé, après une forte pression et après avoir brisé le cadenas du portail.

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.