Sud-Kivu : Ouverture de la session parlementaire dans un climat d’insécurité grandissante

C’est une session parlementaire 100% budgétaire qui s’est ouverte ce 30 septembre à l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu, comme dans les autres provinces de la RDC, avec cependant une touche négative, l’insécurité grandissante qui affecte la province.

20 minutes ont suffi pour la cérémonie d’ouverture de cette session parlementaire, commencé par un moment de silence observé en mémoire de tout ceux qui ont perdu la vie dans des massacres à Kipupu, dans le puits d’or à Kamituga, dans les inondations à Uvira et aussi de ceux qui sont morts dans une fusillade à Sange par un élément des Fardc.

Zaccahrie Lwamira, Président de l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu

Le président de l’Assemblée provinciale, Zaccharie Lwamira Barhumana, a dès lors présenté un bilan sur la situation sécuritaire de la province, où il affirmé qu’il y a eu des progrès dans l’exécution des tâches, la preuve est la correspondance qu’il avait adressée aux députés pour leur faire part de la situation de la province. Il a aussi fait savoir qu’une lettre a été envoyée par le ministre de la Défense demandant aux députés de ne pas déstabiliser la province.

Pour finir le président, a invité toutes les couches sociales à s’impliquer dans la recherche de la paix au Sud-Kivu.

Bilan contesté par certains députés

Cependant dans le chef des députés provinciaux du Sud-Kivu, le discours du président est contesté. Les députés sont contre le bilan positif présenté par le président de l’Assemblée provinciale. L’honorable docteur Homer Bulakali, l’un des députés provinciaux tape sur la table. Selon lui, le président de l’Assemblée provinciale a tenu un discours plein d’orgueil et ne devait pas se féliciter des actions menées alors que depuis janvier aucune session n’a été tenue et donc la population était sans voix.

Lire :  ExEtat : La Province éducationnelle Sud-Kivu 1 aligne plus de 35.800 candidats dont 16.469 filles

L’élu du chef-lieu du Sud-Kivu a fait savoir que le temps n’est plus aux spéculations mais de donner un vrai bilan pour que le peuple voit de quoi il est question.

Notre source a rajouté que le discours du président qui les a appelés à ne pas déstabiliser la province est un moyen de leur mettre un cadenas sur la bouche, alors qu’étant élus du peuple, ils ne doivent que servir leur souverain.

Le député a fini par dire que leur lutte ne vient que de commencer, il a donc invité la population à être derrière leurs élus qui portent leur voix en toutes circonstances car la lutte ne sera pas facile.

Signalons que plusieurs députés partagent ces avis est disent commencer la lutte. Rappelons que le docteur Homer Bulakali est aussi dans la lutte pour l’instauration d’un tribunal pénal congolais en vue de punir tous ceux qui ont fait du mal au peuple congolais et ainsi lutter contre l’impunité dans le pays.

Gloire Ushindi/Bukavu

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.