Elysée Munembwe lance les Concours de Plans d’Affaires pour jeunes entrepreneurs et PME

La Vice-premier ministre, ministre du Plan Elysée Munembwe a procédé, ce mardi 30 septembre, au lancement des Concours de Plans d’Affaires pour l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs (COPA).

Financés par la Banque mondiale, ces concours visent les jeunes entrepreneurs congolais et les Petites et Moyennes Entreprises (PME), localisés dans les provinces de Kinshasa, Matadi, Goma et Lubumbashi.

Organisés sur une période de 3 ans, allant de septembre 2020 à juin 2023, les COPA concernent essentiellement les entrepreneurs et PME opérant dans les secteurs productifs que sont l’industrie légère, l’agro-industrie et les services à forte valeur ajoutée, a précisé la coordonnatrice pays de la Banque mondiale en RDC Guillemette Sidonie Jaffrin.

75 000$ pour les PME et 15 000 pour jeunes entrepreneurs

Vue de lassistance au lancement des COPA

Elle a affirmé que chaque lauréat bénéficiera d’une subvention de 75 000 $ en moyenne pour les PME établies et 15.000 $ en moyenne pour les jeunes entrepreneurs.

Outre ce financement, a-t-elle indiqué, chaque lauréat bénéficiera également d’un accompagnement technique sur une période de 6 mois autour des axes formation, coaching et mentorat.

Guillemette Sidonie Jaffrin a invité les potentiels candidats à se rendre sur la plateforme en ligne copa-padme.org, pour les amples détails sur les concours et pour éventuellement remplir le formulaire de candidature.

« J’encourage les congolaises et congolais qui ont des ambitions à se lancer dans la compétition. Ces concours sont la concrétisation d’une ambition partagée entre la RDC et la Banque mondiale de faire émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs, sources de croissance, de valeur ajoutée et d’emplois pour le pays », a-t-elle déclaré

Lire :  ESU : Trois mois pour finaliser l’année académique 2019-2020

Emulation et méritocratie

Dans son mot, le ministre des Classes moyennes, petites et moyennes entreprises et artisanat, Justin Kalumba a insisté sur l’esprit de compétitivité et appelé les organisateurs de ces concours à privilégier la méritocratie.

« Nous devons abandonner la culture du gain facile, du pistonnage et de la recommandation. Il faut remporter cette compétition sans passer, ni compter sur la recommandation des ministres. Que le candidat soit à Masina, à Lubumbashi ou à la Gombe, ils doivent tous avoir les mêmes chances », a-t-il plaidé.

Le coordonnateur du Projet d’Appui au Développement des Micros, Petites et Moyennes Entreprises (PADMPE), Alexis Mangala a salué le lancement de ces concours qui, a-t-il indiqué, portent et traduisent deux piliers majeurs du gouvernement à savoir, l’amélioration du climat des affaires et promotion de l’entrepreneuriat et de la classe moyenne, et l’autonomisation de la femme et promotion de la jeunesse.

Pour assurer la fiabilité des résultats et son impact social, ces concours sont pilotés par un consortium composé de trois cabinets de renommée internationale à savoir, Deloitte Afrique, I&F Entrepreneuriat et Kivu Entrepreneurs.

Yves van Mboyo

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.