Tentative d’évasion ce matin à la prison de Kasapa

La ville de Lubumbashi a été secouée depuis environ 1 heure du matin par des tirs nourris partis du côté de la prison de Kasapa, où des prisonniers ont tenté de s’évader.

La police et les éléments FARDC ont stoppé la tentative, qui a échoué. Cependant, environ trois blocs de la prison ont été incendiés, ainsi que le bureau administratif qui contenait les dossiers de tous les prisonniers.

Ce sont des hommes identifiés comme les Bakatakatanga, de Gédéon Kyungu qui seraient à la manœuvre, ils étaient porteurs d’armes à feu, de machettes neuves et tenaient à tout prix à hisser le drapeau du Katanga. Leurs têtes sont ceintes de bandeaux blancs.

Repoussés par la police et les éléments FARDC, ils se sont éparpillés dans la brousse de Kasapa, un groupe a été aperçu du côté de CRAA, vers la route de l’aéroport de la Luano et d’autres petits groupes ont été pourchassé ce matin au centre-ville, vers la poste, par les FARDC. La tension a été perceptible jusque sur le site universitaire de l’Unilu.

Nos sources à Lubumbashi renseignent que la tension a commencé depuis 3 jours sur le campus universitaire de la Kasapa, avec l’histoire de l’étudiant qui aurait été défenestré du 4ème étage, ce qui serait faux semble-t-il. Au campus de l’Unilu, les milieux universitaires attestent que l’étudiant Jonathan Mufungeli serait utilisé par certains services et qu’il serait armé.

« L’histoire est partie d’une banale dispute alors qu’il serait rentré tard et ivre, il s’en serait pris à son voisin de chambre. L’étudiant agressé a fait appel à ses amis, et lorsque ces derniers sont venus à son secours, ils se sont rendu compte que Jonathan était armé, et il a pris la fuite. Il s’est refugié dans une chambre au 1er étage, de là il a sauté du balcon, et les gardes de l’Unilu l’ont récupéré, protégé et l’ont acheminé aux cliniques universitaires de l’hôpital Mama Yemo.

Les autres étudiants mécontents sont allés brûler le bureau des œuvres estudiantines. La tension sur la ville a donc commencé ce jour-là (jeudi) et cette nuit, à la prison de Kasapa, juste à côté de l’université, il y a eu une sorte d’émeute avec incursion d’hommes armés de machettes neuves et d’armes à feu la tête bandée de tissus blanc, brulé 3 ou 4 blocs et bureau de l’administration qui détenait tous les dossiers des prisonniers. Certains disent qu’il y a eu évasion, d’autres non, mais il semble bien que certains ont pu prendre le large. Les tirs ont commencé à minuit jusqu’au matin vers la poste ».

Lire :  Évasion à la prison de Beni Kangbayi :La Lucha exige des enquêtes et des sanctions

Le rapport des services de sécurité renseigne cet avant-midi que le bilan provisoire des émeutes de la prison de Kasapa de ce jour : (I) Dégâts humains : Six prisonniers grièvement blessés. Il s’agit de : a) Tshiazi ; b) Mirindi Kally alias Barabbas ; c) Ilunga Ken ; d) Ilunga Kazadi Sidi ; e) Masudi ; f) Ilunga Ngoy Gracias.

(Il) Dégâts Mat : a) Incendie du bâtiment administratif y compris de tous les biens, meubles et tous les dossiers ; b) incendie du dépôt de ravitaillement qui a été réfectionné par la Monusco et pillage de tous les vivres qui s’y trouvaient ; c) Incendie de trois pavillons à savoir : 3 AB, 4 AB et 5 AB ; d) pillage de toutes les boutiques.

Incendie Prison Kasapa

Actuellement, le calme est revenu et le maire de la ville a pu circuler dans certains quartiers résidentiels pour appeler au calme et à reprendre les activités socioéconomiques.

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.