Beni : plus de 917 civils tués depuis le début des opérations (CEPADHO)

Le Centre d’Etude pour la Promotion de la Paix, la Démocratie et les Droits de l’Homme (CEPADHO) condamne la recrudescence de l’insécurité qui sévit ces derniers temps dans la région de Beni (Nord-Kivu).

Cette insécurité est notamment caractérisée par les tueries des civils perpétrées par les rebelles ougandais d’Allied Démocratic Forces (ADF).

Ces tueries ont ciblé spécifiquement le territoire de Beni, ce qui inquiète cette organisation de Défense des droits l’homme, qui ne digère pas voir le sang couler, jusqu’à prendre cette ampleur.

Dans son nouveau bulletin quotidien d’information publié tard dans la nuit du Jeudi 24 septembre 2020, le CEPADHO dit avoir documenté depuis le lancement des opérations Sukola dans la région de Beni en octobre dernier, le nombre de civils tués à au-moins 917.

C’est le dernier cas qui remonte de la nuit du mercredi au jeudi 24 septembre dernier, à Kinyambaore, qui a alourdit de plus ce bilan.

Cette organisation estime que ces massacres sont de trop, voilà pourquoi elle exige l’implication de toutes les autorités, surtout celle du chef de l’État afin d’en découdre complètement avec les groupes armés, et il demande aussi au gouvernement de doter les FARDC de moyens nécessaires pour lui faciliter le travail afin d’endiguer complètement la nébuleuse ADF.

Il faut rappeler qu’au moins 11 civils ont été tués par les rebelles ADF dans l’attaque qui remonte à la nuit du mercredi au jeudi dernier.

Azarias Mokonzi/Beni

Lire :  Beni: les ADF exécutent 5 civils à Ndoma après une attaque

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.